×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

La station balnéaire Mogador sera «verte»

Par L'Economiste | Edition N°:2414 Le 04/12/2006 | Partager

. Les urbanistes annoncent une occupation au sol de moins de 10%. Aménagements et viabilisation achevés en juillet 2007 La 6e édition de l’Université Conviviale, organisée à Essaouira le 25 novembre, a été l’occasion de s’arrêter sur l’avancement des travaux de la station balnéaire Mogador. C’est Amyn Alami, nouveau président depuis 6 mois de la Saemog (Société d’aménagement d’Essaouira Mogador) qui a fait le point sur la situation de la station. Cette dernière a bénéficié d’hectares supplémentaires pour redimensionner les ambitions du projet (cf.www.leconomiste.com). Ce dernier s’étend actuellement sur près de 600 ha pour l’aménagement de 3 golfs, une dizaine d’hôtels et près de 5.000 chambres avec un investissement total estimé à 3 milliards DH. Le calendrier des constructions est prévu sur 3 phases. La première concerne 320 ha pour la réalisation de 2 golfs, 3 hôtels et plusieurs quartiers de villas et d’appartements résidentiels. Pour cette partie, les travaux d’aménagement et de viabilisation - qui ont débuté en mai dernier- seront terminés en juillet prochain. «Nous tablons sur l’ouverture de 3 hôtels, d’un premier golf et de deux quartiers de villas pour l’été 2008. Ce qui permettra déjà d’offrir de l’emploi à près de 2.000 personnes», indique Marc Thépot, DG d’Accor Maroc. La station Mogador appuie son développement sur l’attractivité culturelle de la destination Essaouira. «L’ambition est d’installer des infrastructures sportives et culturelles», souligne Amyn Alami. Dans ces domaines les installations font encore défaut à Essaouira. Autre annonce, la construction de salles équipées pour l’organisation de congrès et différentes activités. Le projet se veut une continuité de la vocation de la région avec des espaces d’expression pour les artisans et les artistes. Par ailleurs, les efforts se focalisent sur la préservation de l’environnement. Ainsi, la station sera, selon les promoteurs, très écologique. De fait, le coefficient d’occupation du sol (COS) est de moins 10%. En clair, les espaces verts domineront le site. «Et des solutions de construction sont adoptées pour la préservation de la nature (R+2 maximum)», ajoutent les opérateurs. Sur un tout autre registre, technique celui-là, ces derniers insistent sur l’urgence de la réalisation du barrage l’Oued Ksob. «Sans cela, on ne pourra pas réussir notre challenge», affirme Alami. Rappelons que ce projet qui tarde à se concrétiser est déclaré comme enjeu capital pour le développement de la province. De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc