×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

La "Ville nouvelle" de Hay Ryad, un cas de gestion de production urbaine

Par L'Economiste | Edition N°:31 Le 28/05/1992 | Partager

Qualifiée de "paradoxe du temps" par M. Mohamed M'barki, Directeur Général de la Société d'Aménagement Ryad, la "ville" de Hay Ryad est à la fois un projet tourné vers l'avenir parce que non encore achevé et une histoire de 17 ans. Pour arriver à gérer la production urbaine d'un projet aussi gigantesque (600 hectares), il va de soi qu'un urbanisme d'ouverture est de rigueur.

Sur le plan des réalisations, Hay Ryad est actuellement un chantier de 4.000 villas et de 60 immeubles en construction et surtout le plus grand collecteur du Maroc (4 mètres de diamètre) qui, malheureusement, évacue les eaux usées par rejet direct à la mer. C'est d'ailleurs la particularité de tous les collecteurs installés dans les villes côtières au Maroc. Hay Ryad est divisé en 25 quartiers portant chacun le nom d'une fleur. Ce qui explique l'appellation "la ville aux 25 quartiers fleurs" apposée sur une plaque à l'entrée du complexe. Dans chaque quartier, il est prévu un centre commercial et des équipements administratifs et scolaires. Un parc de 4, 5 hectares constituera le poumon de la "ville". Enfin le centre ville ou "centre du centre" fera l'objet d'une attention particulière que ce soit au niveau de l'activité commerciale ou de l'animation culturelle qui semble faire l'objet d'une attention particulière. Ainsi, pour illustrer la dimension culturelle du centre de Hay Ryad, une tulipe en bronze de 3 mètres de haut sera réalisée par Muela (plasticien sculteur espagnol). De plus, selon M. M'barki, la fonction "Emploi" nécessitait la mise en place de centres d'activités. C'est pour ces considérations que plusieurs sièges ou succursales de diverses institutions seront implantés à Hay Ryad. La Société Chérifienne des Pétroles (SCP) y a construit son siège.

Il en est de même pour le Groupement Professionnel des Pharmaciens, le Fonds d'Equipement Communal (FEC), ou encore le siège de l'Office National de l'Eau Potable (ONEP). Hay Ryad accueillera également la Cour d'Appel dont les travaux de terrassement ont déjà commencé. En face, sera édifié le Complexe Administratif du Ministère de l'Habitat. Enfin, la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) financera un hôtel cinq étoiles qui sera baptisé "Hôtel Ryad". La construction d'une ville est toujours l'oeuvre de plusieurs hommes. Tout travail, qu'il fasse appel à la réflexion, à la conception ou encore à l'exécution nécessite l'effort d'une équipe. Ce travail d'équipe se caratérise par la diversité voire par l'opposition des points de vue et des idées. "L'essentiel est de conjuguer à la fois les capacités créatrices, les moyens financiers afin que l'ensemble forme un tout, bâti autour de règles extrêmement simples." La planification à tout prix pour aboutir en fin de compte à une banalité n'est pas du ressort d'un urbanisme pensé. Or pour arriver à un urbanisme pensé, il est nécessaire que l'architecte y soit impliqué.

M. M'barki, en sa double qualité d'architecte et d'urbaniste, a précisé qu'il était pour un urbanisme d'ouverture et de beauté. Commentant les diapositives, il a insisté sur le fait que lorsque le cahier des charges était respecté par l'architecte et ensuite par le maître de l'ouvrage, cela se traduisait toujours par une meilleure qualité architecturale. Divers projets n'ont pas respecté le cahier des charges.

L'urbanisme est l'affaire de tous qu'on le subisse ou qu'on le choisisse. C'est aussi le principal thème des manifestations durant tout le mois de Mai. Le Conseil de l'Ordre des Architectes de Casablanca et de la Région Centre avec sa conférence sur "les perspectives de ville de Casablanca en l'An 2010" avait donné le feu vert le 5 Mai. L'équipe du cabinet Pinseau a présenté le Schéma Directeur pour le développement urbain de la ville de Casablanca adopté depuis 1984. Le 14 Mai, l'Agence Urbaine a consacré une conférence aux instruments de planification utilisés en Italie. Enfin, pour enrichir le dossier urbanisme, le Conseil à organisé le 22 Mai à l'hôtel Idou Anfa une conférence sur la gestion de la production urbaine à Hay Ryad.

N. H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc