×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

La plastugrie accueille ses premiers techniciens spécialisés

Par L'Economiste | Edition N°:621 Le 21/10/1999 | Partager


· Une formation alternée à l'OFPPT et un BTS à l'ENSET
· Un taux d'insertion des lauréats de 90%
· Investissement lourd en équipements dans les centres de formation


Les professionnels de la plasturgie auront pris leur mal en patience. Cette branche en pénurie de ressources humaines a dû attendre cette année pour voir arriver sur le marché les premières promotions de techniciens spécialisés en transformation de matières plastiques.
Actuellement, ce sont l'Institut Supérieur de Technologie Appliquée Inter-Entreprises (ISATA-IE), qui relève de l'OFPPT et l'Ecole Normale Supérieure d'Enseignement Technique (ENSET), qui dispensent des formations à destination des techniciens de la plasturgie.
Lancée en 1997, la formation assurée par l'ISTA-IE au profit de 24 personnes s'étend sur deux ans. L'originalité du régime des études réside dans son caractère alterné. «L'étudiant à l'ISTA-IE passe un mois au centre et un autre en entreprise. Au sein de l'usine, il est encadré par un tuteur qui assure son suivi parallèlement à la formation dispensée par les formateurs de l'Institut», explique M. Mohammed Raji, l'un des formateurs chargés de la filiale. Il s'agit d'un système dual qui est inspiré de l'expérience allemande. Une influence pédagogique qui s'explique par le rôle joué par l'organisme allemand d'aide au développement «GTZ». Ce dernier a contribué au financement et à la mise en place de la spécialité notamment à travers la fourniture de l'équipement destiné au centre qui a coûté plus de 4 millions de DH.
Même du côté des formateurs, il y a pénurie. Venant d'autres spécialités telles que la mécanique et l'électromécanique, les enseignants se convertissent à la plasturgie via des stages et formations effectués dans d'autres centres étrangers.
Ayant une vocation de formation technique, L'Ecole Normale Supérieure d'Enseignement Technique (ENSET) à Mohammédia a créé également un BTS dédié à la formation en plasturgie en 1997. L'accès à cette filiale exige un baccalauréat technique. Pour la rentrée 1999-2000, seuls 30 candidats ont été retenus sur 2.000 dossiers sélectionnés.
A la différence de la formation de l'OFPPT, celle de l'ENSET n'est pas alternée. Cependant, les étudiants sont obligés de passer un stage de 2 à 3 mois à la fin de chaque année pour valider leurs diplômes, souligne
M. Mustapha Aït Haj Kaddour, responsable du Département Mécanique à l'Ecole.
La première promotion vient d'intégrer le marché de l'emploi. Vraisemblablement, les 18 lauréats qui la constituent ont intégré le marché de l'emploi vu la forte demande.
D'ailleurs, sur la base d'une étude sur les besoins du secteur en formation(1), réalisée par l'OFPPT en 1994, il ressort un besoin annuel de 44 techniciens et de plus de 133 ouvriers qualifiés.


4 milliards de chiffres d'affaires en 1998


Partie intégrante du secteur de transformation des matières premières plastiques, caoutchouc, d'emballage et de conditionnement, la branche plasturgie compte 350 entreprises y compris celles qui font de la transformation de plastique comme activité secondaire.
Employant plus de 25.000 personnes, cette activité a réalisé en 1998 un chiffre d'affaires de 4 milliards de DH. Malgré la croissance du nombre d'unités qui investissent cette branche, la production se limite aux produits de grande consommation au détriment des pièces techniques, électroniques et informatiques à base de plastique, cette niche qui réalise le plus de valeur ajoutée.

Rachid JANKARI

(1) Cf L'Economiste n° 221.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc