×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

La niche de l’écotourisme

Par L'Economiste | Edition N°:2255 Le 14/04/2006 | Partager

. De grandes opportunités d’investissement dans le secteurPour Tadla-Azilal, c’est l’occasion ou jamais d’imposer son produit touristique. La région est surtout connue pour ses cascades, ses paysages, ses grottes et ses gîtes. Ce qui fait d’elle une destination de choix pour le tourisme de niche et l’écotourisme. Deux des concepts, les plus prisés du tourisme moderne. Pour se positionner sur ce créneau, la région a tout pour elle, notamment une grande diversité géographique: de hautes chaînes montagneuses du côté de d’Azilal, plaines et vallées d’altitude du côté de Béni Mellal. La région est également bien desservie en cours d’eau, soit environ 400 km d’oueds et de rivières. Autre grande force, les vastes étendues forestières qui occupent plus de 30% de la superficie de la région c’est-à-dire plus de 5.000 km2 de forêts.Ahmed El Haouti, directeur du CRI, explique que «l’un des grands avantages de la région réside dans sa proximité avec les grands pôles émetteurs de touristes notamment Casablanca, Marrakech, Rabat et Fès». Il faut dire que cette proximité a énormément joué en la faveur du développement du tourisme interne. Un tel voisinage a également fait de la région une escale incontournable dans les circuits touristiques proposés par les agences de voyages. Ces dernières prévoient des passages dans les villes impériales, l’Atlas et les randonnées du désert afin de donner un aperçu complet du produit touristique marocain.La nature a décidément gâté la région, mais cela ne s’arrête pas aux forêts et reliefs. Tadla-Azilal regorge de patrimoine archéologique vieux de centaines d’années. Elle compte, pour exemple, 10 grottes dont certaines portent toujours les empreintes de dinosaures fossilisées. Question infrastructures, les capacités d’hébergement de la région sont encore peu développées. Pour toute structure d’hébergement, la région offre seulement 20 hôtels classés dont 17 se trouvent à Béni Mellal. Et encore, ce sont en majorité des hôtels 1 et 2 étoiles. Azilal propose, en revanche, une quinzaine d’auberges et une vingtaine de gîtes. Les capacités litières restent ainsi en deçà du potentiel touristique avec seulement 1.456 lits dans les hôtels classés par exemple.Justement, pour améliorer la gestion des richesses de la ville et développer son produit touristique, les professionnels du secteur ont dernièrement insisté sur la création d’un centre régional de tourisme (CRT) dans la région. «Il est impératif qu’un tel organe nous aide à promouvoir la région», indique un hôtelier.A noter que la communication autour de cette destination est également nécessaire pour encourager l’économie touristique dans cette zone. Pour sa part, le CRI ne rate aucune occasion de présenter les opportunités d’investissement dans les différentes villes de la région. Il s’agit notamment de créer des stations de montagnes, des bases de loisirs nautiques, des centres d’équitation, sans oublier les investissements possibles dans le secteur des infrastructures encore insuffisantes. Ichrak MOUBSIT

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc