×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Tarifs AMO: Les biologistes ouvrent le bal

Par L'Economiste | Edition N°:2255 Le 14/04/2006 | Partager

. Le tarif de référence pour les actes de biologie fixé à 1,10 DH. Pour les autres professions, la Santé prépare un arrêté C’est fait. La première convention nationale entre les organismes gestionnaires de l’assurance maladie obligatoire (AMO) et les prestataires de soins, a été signée hier jeudi 13 avril à Rabat. Et ce sont les biologistes qui ont ouvert le bal, en attendant les médecins et les chirurgiens-dentistes, toujours en négociations avec les autorités de tutelle. Selon Chakib Tazi, directeur de l’Agence nationale de l’assurance maladie (ANAM), cette convention traite notamment des fondements du partenariat entre les organismes gestionnaires et les professionnels de la santé. Elle définit également la facturation des honoraires, la qualité des actes de biologie, les outils de régulation à mettre en place et le tarif national de référence, pomme de discorde pour les autres corps de la santé. Pour les signataires, le tarif national de référence pour les actes de biologie médicale a été fixé à 1,10 DH pour la valeur-clé B (cf. www.leconomiste.com), conformément à la nomenclature des actes de biologie médicale publiée par arrêté du ministre de la Santé. «Cette convention rend caduque tout autre convention établie par la Cnops ou la CNSS, pour les prestations de biologie médicale», rappelle Tazi.Outre l’Anam, la CNSS et la Cnops, ont également signé cette première convention les Conseils nationaux des Ordres des pharmaciens (CNOP), des médecins (CNOM), des vétérinaires (CNONV), des pharmaciens biologistes (CPB) et la Chambre syndicale des biologistes (CSB). Ils ont qualifié cette convention d’»historique». Qu’en est-il des négociations avec les autres prestataires de soins?«Elles sont terminées. Le ministre de la Santé est en train de préparer un arrêté. Mais ceci n’empêche pas que les discussions et les possibilités de rapprochement soient toujours ouvertes», a confié Tazi à L’Economiste. «C’est un projet national et chacun doit y mettre du sien pour arriver à une conclusion», a-t-il ajouté. A rappeler que les négociations avec les médecins et les chirurgiens-dentistes sont au point mort. Les gestionnaires avaient proposé aux médecins une tarification référentielle de l’ordre de 80 DH pour une consultation chez un médecin généraliste, 150 DH pour le spécialiste et 20 DH pour le K, la lettre-clé des actes chirurgicaux. Les prestataires de soins veulent 100 DH pour les généralistes, 180 DH pour les spécialistes et 25 DH pour le K. De leur côté, les chirurgiens-dentistes contestent fortement la dernière nomenclature des actes bucco-dentaires qu’ils jugent «obsolète». Pour poursuivre les négociations sur la tarification de référence, leur fédération pose la condition de modifier cette nomenclature.Mohamed AKISRA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc