×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La France et l'Algérie scellent leur amitié

Par L'Economiste | Edition N°:1834 Le 17/08/2004 | Partager

. Déjeuner informel hier au lendemain des cérémonies du débarquementLE président français Jacques Chirac a invité à déjeuner hier lundi, son homologue algérien Abdelaziz Bouteflika.C'est au Fort de Brégançon que devait avoir lieu la rencontre. Il n'y avait pas d'ordre du jour précis, mais tous les sujets allaient être abordés. Il s'agit d'»une rencontre informelle», qui «s'inscrit dans le renforcement des relations entre la France et l'Algérie», après les visites effectuées en Algérie par trois ministres français.Le président algérien se trouve depuis samedi 14 août en France, où il est venu assister aux célébrations du 60e anniversaire du débarquement des forces alliées en Provence (sud-est). Sa présence à ces célébrations a suscité une vive polémique en France, en raison de ses déclarations antérieures sur le rôle des harkis qu'il avait comparés aux «collaborateurs» de la Seconde Guerre mondiale. La question des harkis (Algériens ayant servi comme supplétifs dans l'armée française pendant la guerre d'Algérie 1954-1962) est extrêmement sensible entre Paris et Alger. Durant les célébrations du débarquement, qui ont eu lieu dimanche 15 août, le président Chirac a annoncé avoir décidé «à titre exceptionnel et unique, de conférer à la ville d'Alger en tant que capitale de la France combattante, la croix de la Légion d'honneur». A noter que les relations franco-algériennes sont en plein essor. En témoignent les différentes visites effectuées de part et d'autre. Chirac avait été en visite d'Etat en Algérie en mars 2003, puis s'était rendu à Alger en avril 2004, une semaine seulement après la réélection d'Abdelaziz Bouteflika. Il avait alors souhaité la conclusion entre la France et l'Algérie d'un «traité d'amitié», à l'égal du Traité de l'Elysée, fondateur de l'entente privilégiée entre la France et l'Allemagne. Le 21 juillet, Chirac a présidé à l'Elysée une réunion avec une quinzaine de ministres pour évoquer le renforcement de la coopération entre la France et l'Algérie, avec la perspective de conclure le traité d'amitié en 2005. Les négociations devraient s'ouvrir en octobre.(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc