×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

La diaspora change de visage… et de pays d’accueil

Par L'Economiste | Edition N°:2337 Le 09/08/2006 | Partager

. En 2002, plus de deux millions et demi de MRE dont la majorité installée en France. Cadres et hommes d’affaires font partie de la nouvelle génération . La Belgique et l’Allemagne cèdent la place à l’Italie et à l’EspagneLe visage de la nouvelle génération des MRE a complètement changé par rapport à celui des années soixante. Depuis, son profil, ses ambitions et sa destination ont subi des modifications profondes dont l’intensité s’est accélérée durant ces dernières années sous l’effet de la mondialisation. Pour les décideurs, la prise de conscience de ce changement est fondamentale pour l’élaboration d’une nouvelle politique nationale migratoire. Ainsi, dans le cadre de la mobilisation actuelle de toutes les potentialités du Royaume, cette politique devrait assurer l’implication des MRE au développement de leur pays tout en garantissant leurs droits dans les pays d’accueil. Ceci, conformément à l’esprit des recommandations de l’Atelier national sur la migration qui avait lieu à Rabat, les 26 et 27 juillet dernier.Par ailleurs, pour toutes les générations, il est utile de rappeler que l’émigration trouve sa raison d’être dans l’incapacité du marché du travail au Maroc à satisfaire les besoins d’une population active en perpétuelle évolution. Cette situation s’est nettement dégradée après l’application du programme d’ajustement (PAS) où l’Etat s’est désengagé en tant que principal employeur: 50.000 emplois avant le PAS pour chuter à 12.000 emplois. Le privé n’a pas pu, jusqu’à présent, relever le défi.A propos des caractéristiques de la nouvelle génération des MRE, à retenir dans un premier temps, le passage depuis l’indépendance à nos jours, d’une émigration temporaire à une émigration durable touchant toute la famille de l’émigré. Au niveau des régions en tant que source d’émigration, le Nord-Est du Maroc et le Sud ont constitué les foyers traditionnels de l’émigration. Actuellement, toutes les régions du pays sont concernées par le phénomène migratoire à des degrés différents. Côté profil, on constate que l’émigration touche aujourd’hui tous les âges, y compris les enfants, avec un accroissement du quota des femmes grâce au regroupement familial. De même, la composition de cette génération n’est plus limitée aux ouvriers non qualifiés qui ont fait la gloire des minerais du charbon au nord de la France, mais touche également des cadres hautement formés dans divers domaines et aussi par des hommes d’affaires. Parmi eux, on trouve des parlementaires, des conseillers et des responsables de grandes sociétés dans les pays d’accueil. La majorité de la diaspora n’est plus concentrée dans quelques pays européens comme la France, la Belgique, les Pays-Bas et l’Allemagne, mais elle a envahi d’autres régions du monde, à savoir le Canada, l’Italie, la GB, les USA, les pays du Golfe…Selon les estimations du ministère délégué chargé des MRE pour l’année 2002, le nombre des émigrés marocains dépassait deux millions et demi dont 2.185.170 en Europe avec la France largement en tête (1.024.766). La Belgique (214.859) et l’Allemagne (99.000) ont cédé la place à l’Italie (287.000) et à l’Espagne (222.948). Pour le continent américain, on dénombre 155.432 émigrés répartis entre USA (85.000) et le Canada (70.000), les 432 restants ont préféré l’Amérique latine. Fort probablement, depuis 2002, le nombre a fortement augmenté vers le nouveau continent. Devant cette évolution quantitative et qualitative de la diaspora, il serait impératif d’abandonner l’approche étriquée cantonnée uniquement sur la promotion du transfert des devises. Certes, des actions ont été déjà lancées par la haute autorité du pays dans l’objectif de faire intégrer ces Marocains dans la gestion de leur pays au niveau des différents plans: économique, politique et social. Cette approche constituera sans doute les fondements de la nouvelle politique migratoire nationale.


Destination USA en tête

Sur le plan international, des mutations et des changements ont marqué le mouvement migratoire lors de cette dernière décennie. Entre 1990 et 2005, le nombre des migrants dans le monde a passé de 36 millions pour atteindre 191 millions. Leur répartition géographique a été distinguée par la concentration de 75% des migrants dans 28 pays contre 30 pays en 1990. Les USA accaparent eux seuls 20% en 2005, contre 15% en 1990. Ce pays vient en tête comme destination privilégiée pour la matière grise: plus de 10 millions d’émigrés hautement qualifiés en l’année 2000 contre prés de 6 millions en 1990. Pour cette même catégorie, plus de quatre millions enregistrés au sein de l’Europe des 15 en 2000, affichant un accroissement de 100% par rapport à 1990. Nour Eddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc