×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

La BCE refuse que son mandat soit similaire à celui de la Fed

Par L'Economiste | Edition N°:1669 Le 24/12/2003 | Partager

Rejet de la proposition de BerlusconiLa BCE a rejeté hier mardi une proposition du président en exercice de l'UE, Silvio Berlusconi, visant à calquer son mandat sur celui de la Fed américaine afin de donner autant d'importance au soutien à la croissance de la zone euro qu'à la lutte contre l'inflation.“Vous pouvez vous imaginer que nous ne soutenons pas cette proposition”, a annoncé l'un des membres du directoire de la Banque centrale européenne, l'Italien Tommaso Padoa-Schioppa, dans une interview publiée par le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, en se déclarant “surpris” que le débat autour du mandat de l'institut monétaire soit ainsi relancé.Le 16 décembre, le chef du gouvernement italien avait créé la surprise en se disant favorable à ce que le mandat accordé à la BCE soit similaire à celui de la Réserve fédérale américaine qui accorde autant d'importance à la bonne santé du marché de l'emploi qu'à la hausse des prix.“Je crois qu'il nous faut espérer (...) que la BCE puisse se voir assigner la tâche qu'elle n'a pas pour le moment mais que la Fed accomplit avec excellence, à savoir la mission de soutenir l'économie européenne”, avait déclaré Berlusconi, dont le pays achève à la fin de l'année sa présidence tournante de l'UE.Les partisans d'un changement du mandat de la BCE, qui donne la priorité à la préservation de la stabilité des prix, mettent en avant la bonne santé de l'économie américaine. Celle-ci bénéficie d'un taux d'intérêt directeur de la Fed de seulement 1%, deux fois moins élevé que celui en vigueur en zone euro.Selon Padoa-Schioppa, la stratégie de la Fed est néanmoins peu différente de celle de la BCE.“Alan Greenspan lui-même a dit qu'il n'était pas prêt à sacrifier la stabilité des prix pour la chimère de la croissance”, a-t-il estimé.La question de la mission de la BCE a été ces derniers mois l'objet de nombreuses frictions avec les responsables politiques, sur fond de croissance molle en zone euro et de creusement des déficits publics.Dans le projet de constitution européenne, aujourd'hui gelé après l'échec du dernier sommet de Bruxelles, la BCE avait tenté d'inscrire la lutte contre l'inflation parmi les grandes priorités de l'Union européenne. Mais les gouvernements s'y étaient opposés.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc