×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

L’iPad en avant-première… à Derb Ghallef!

Par L'Economiste | Edition N°:3369 Le 24/09/2010 | Partager

. La tablette, toujours pas disponible chez les distributeurs agréés. L’agrément de l’ANRT tarde à venir. Batterie non remplaçable, mémoire non extensible… les limitesUN océan sépare la Californie de Casablanca. Et pourtant, la Silicon Valley semble à deux pas de Derb Ghallef! Le lancement de l’iPad vient encore une fois de nous le confirmer…Flash-back: New York, samedi 3 avril 2010 à 4 heures du matin, une file d’attente se forme et d’heure en heure devant l’Apple Store de la Fifth Avenue, pour former un petit «camping urbain». Objectif: être les premiers à acheter le dernier-né de la gamme de la marque à «la pomme croquée». Casablanca, quelques semaines plus tard, les mordus du high-tech pouvaient en ramasser à la pelle, alors même que les importateurs et revendeurs agréés de la marque n’en ont pas encore vu la couleur! Pas plus que les opérateurs télécoms également concernés par sa commercialisation. Sans surprise, c’est toujours Derb Ghallef, le free-shop à ciel ouvert de la métropole économique, qui le propose en avant-première. En fait, si l’iPad n’est toujours pas sur les catalogues et présentoirs du circuit formel, c’est qu’il n’a toujours pas reçu le feu vert des autorités compétentes. Si «l’iPad ne figure pas encore dans nos rayons, c’est parce qu’il n’a pas encore été homologué par le ministère du Commerce et de l’Industrie», explique le gérant d’un point de vente agréé à Casablanca. De son côté, le ministère explique que «seuls les appareils dotés d’une puce 3G sont soumis à l’homologation et ce, par l’Autorité nationale de régulation des télécommunications (ANRT)». Les versions dépourvues de cette technologie étant considérées comme des ordinateurs ordinaires. «L’iPad, comme tout terminal compatible avec les réseaux 2G (GSM) ou 3G (UMTS, CDMA, …) est soumis à une procédure d’agrément prévue par la réglementation en vigueur», précise-t-on auprès de l’ANRT. L’objectif étant de vérifier la conformité des équipements terminaux et des installations radioélectriques selon plusieurs critères: exigences de portée générale qui concernent la sécurité des usagers, protection des réseaux ainsi que la compatibilité électromagnétique, usage du spectre radioélectrique ou encore l’interfonctionnement des équipements, du réseau et sa compatibilité avec les équipements assurant le même service.Et si l’iPad est commercialisé sur le marché européen à un prix variant entre 499 et 829 euros (entre 5.560 et 9.240 DH) selon la capacité de stockage (16, 32 ou 64 gigaoctets) et selon que l’appareil dispose ou non de la technologie 3G, à Derb Ghallef, la version de base est écoulée à 7.500 DH négociables bien sûr. La version 3G/64 Go plafonne à 9.500 DH.A mi-chemin entre le smartphone et le netbook, la tablette tactile d’Apple fait valoir son écran multipoint panoramique brillant de 9,7 pouces. Avec un air d’iPhone géant, le design et la conception de l’iPad sont orientés vers un usage multimédia optimal. Son alimentation est assurée par une batterie interne, d’une autonomie pouvant aller jusqu’à 10 heures en lecture vidéo ou en navigation et 1 mois en mode veille! Un élément consommable qui, pourtant, sur l’iPad, est non remplaçable! En tout cas pas sur le circuit agréé. Car, selon les «spécialistes d’Apple» basés à Derb Ghallef, «il n’y aurait aucune crainte à ce sujet: il suffit que le premier cas se présente pour en trouver la solution». Autre bémol: la capacité de stockage en fait un smartphone bien plus qu’un PC-tablette. Plafonnée à 64 Go de série, la capacité est non extensible et s’avère insuffisante compte tenu des contenus audiovisuels qui sont de plus en plus volumineux. Ce qui n’a pas empêché des dizaines d’entreprises, dont Mercedes-Benz, de s’en équiper pour un usage commercial.Affichant 700 grammes sur la balance, sa vocation première est d’offrir un accès ergonomique, mobile et permanent à Internet. Aussi, le nouveau-né d’Apple est considéré en Europe comme une alternative de lecture instantanée des journaux version papier. Selon les experts, la tablette contribuerait à terme à la relance de la presse écrite sur le Vieux continent. Déjà, 400 magazines francophones sont disponibles à travers l’application «Kiosque Press Relay». Sur ce point, Apple serait, selon le quotidien britannique The Daily Telegraph, sur le point de lancer iNewspaper: une application universelle destinée à fournir les versions électroniques des journaux et magazines. Une prestation très attendue autant par les utilisateurs que par les éditeurs. Pour plusieurs observateurs européens, cet accès instantané en toute mobilité influencera à terme les comportements des usagers.


Méditel s’y prépare déjà

LE second opérateur de téléphonie, qui vient de se rapprocher de France Télécom par la cession de 40%, est fin prêt pour offrir toutes les fonctionnalités aux utilisateurs des dernières versions d’Apple. En lançant la carte microsim, l’opérateur cible directement les utilisateurs potentiels de l’iPad et ceux de l’iPhone 4G. Des terminaux qui ne supportent pas les cartes SIM classiques. Cette nouvelle puce offre également un accès internet 3G aux détenteurs de terminaux Apple.Othmane ZAKARIA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc