×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Attijariwafa bank
L’international renforce le business

Par L'Economiste | Edition N°:3369 Le 24/09/2010 | Partager

. Hausse de 77% du PNB de la banque de détail à l’international. Le PNB consolidé ressort à 6,9 milliards. 215 milliards de DH de crédits distribués en six moisLe groupe bancaire est le premier à publier ses résultats dans le secteur. Dans un contexte plein d’incertitudes et marqué par un fléchissement de l’activité au Maroc, Attijariwafa bank (AWB) affiche des résultats financiers en nette progression au terme du premier semestre. Le produit net bancaire (PNB) consolidé ressort à 6,9 milliards de DH en hausse de 16,2% par rapport au premier semestre 2009. Le groupe doit cette performance en grande partie à la hausse de 77% du PNB de la banque de détail à l’international. L’évolution au Maroc est moins importante avec 10%. Les ambitions du groupe sur le marché subsaharien ne font plus de doute après la grande démonstration de la banque lors du forum Afrique développement qu’elle a organisé fin avril (29 et 30). Près de 1.000 hommes d’affaires et dirigeants politiques ont fait le déplacement pour ces deux jours de discussions. Au cours du premier semestre, AWB a lancé des projets d’intégration des quatre filiales du groupe Crédit Agricole acquises en 2009. Il s’agit de la Société ivoirienne de Banque, Crédit du Sénégal, Union Gabonaise de Banque et Crédit du Congo. Ses actions ont également porté sur la signature d’un protocole d’accord pour l’acquisition de BNP Paribas-Mauritanie. A court et moyen terme, elle envisage de se positionner dans 6 autres pays de la zone UEMOA (Union économique et monétaire ouest africaine) et de la CEMAC (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale). L’objectif affiché est de prendre le contrôle des banques et non de se contenter d’une participation minoritaire, avait indiqué Mohamme El Kettani, président-directeur général d’Attijariwafa bank.A fin juin, le groupe a distribué 215 milliards de DH de crédits, soit 17 milliards de plus qu’en juin 2009. Le Maroc attire le gros du volume avec une part de 84%. La Tunisie et les pays de la zone UEMOA s’accaparent respectivement 7,5 et 6,6%. S’agissant de l’épargne collectée à fin juin, elle enregistre une hausse de 6,4% à 261,3 milliards de DH. Aujourd’hui, la mobilisation de l’épargne est l’une des principales difficultés à surmonter pour le secteur bancaire. Cela explique notamment l’accentuation du déficit de leurs ressources.Au-delà des éléments conjoncturels, l’ensemble des lignes de métier de la banque affiche des performances significatives. En l’espace de six mois, le résultat net consolidé enregistre donc une hausse de 16,5% à 2,3 milliards de DH. Quant au résultat net part de groupe, il s’établit à 1,9 milliard de DH en augmentation de 15%. Les fonds propres consolidés s’améliorent de 14% à 25,7 milliards de DH.F. Fa.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc