×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Khmissa 2008: Les 5 femmes de l’année

Par L'Economiste | Edition N°:2731 Le 10/03/2008 | Partager

. Nadia Bezad, Imane Brahmi, Salma Bennani, Nadia Laraki et Saïda Charaf. Elles ont été primées pour leur militantisme, leur parcours  ou leur ténacitéC’est la règle. La sixième édition de Khmissa a primé seulement 5 femmes sur les 25 nominées. Mais les autres n’ont pas démérité. Toutes ont été particulièrement mises en avant et chouchoutées lors du week-end consacré à la fête de la femme et organisé par le magazine Citadine. Les 25 femmes nominées comme un millier d’autres méconnues se sont distinguées, chacune dans son domaine, par leur détermination, leur créativité et leur abnégation. Elles ont des success story, des parcours de combattantes, ont défendu des causes «perdues» et levé le voile sur des tabous… A chacune son combat.Elles mènent cette bataille chaque jour contre toute forme d’extrémisme dans leur travail, dans la rue et parfois autour de leur entourage proche. Et c’est pour promouvoir leurs actions et  récompenser les talents qui se sont démarqués durant toute l’année que Khmissa est née, rappellent les organisateurs. «Les critères de sélection portent sur l’exemplarité, la représentativité géographique et sociale et le niveau d’engagement», insistent-ils. Les prix demeurent symboliques, ils sont surtout une forme de reconnaissance. «Khmissa n’est pas une compétition, mais un hommage à la femme», fait remarquer Abdelatif Khizrane, directeur de Citadine.Et c’est ainsi que Nadia Bezad, présidente de l’Organisation panafricaine de lutte contre le sida (Opals-Maroc) et vice-présidente de l’organisation au niveau international, qui a remporté le trophée Khmissa dans la catégorie «Action sociale et humanitaire».  Son engagement pour la lutte contre le sida n’est plus à prouver. Depuis la création en 1994 de l’Opals Maroc, sa présidente se bat chaque jour pour ramener des fonds mondiaux nécessaires à la création des centres de traitements ambulatoires.Imane Brahmi, 25 ans, a décroché le trophée dans la catégorie «Jeune entreprise». Elle a été lauréate de Challenger 2007 sur 2M. Elle monte un projet d’éco-gîte à Tissoryne sur 2 ha et symbolise le relais de la jeunesse.  Dans l’administration , Nadia Laraki, une pontiste demeurée à l’ombre et qui dirige la direction de la Marine marchande, a été distinguée pour cette édition 2008. Laraki a su intégrer un univers «d’hommes» pas toujours bienveillant envers la femme, celui des marins. Khmissa 2008 a tenu à rendre hommage à cet ingénieur de ponts et chaussées de Paris, deuxième femme marocaine diplômée de cette institution, qui a intégré la fonction publique en 1983.Dans le sport, c’est Salma Bennani, première femme juge en sport aérobic et fitness et présidente aussi de la Fédération royale marocaine de ces disciplines créée en 1996. Aujourd’hui, la fédération a à son actif 200 entraîneurs formés en aérobic et fitness dont des «ex-prostituées, qui ont changé de métier et se sont parfaitement intégrées dans les salles de sport».Quant à la catégorie «Chants et musiques traditionnels», le prix est revenu à l’artiste Saïda Charaf, vedette de la chanson hassanie. Saïda, qui a démarré sa carrière en tant que journaliste  pour TVE (Espagne), n’était pas présente à la cérémonie de remise des prix organisée vendredi 7 mars. Cérémonie qui a eu son petit lot de cafouillages du côté de la présentation, à mettre à l’actif de l’émotion. En effet, tout en étant une manifestation de promotion des actions de la femme, Khmissa adopte également un caractère festif et people. Un impressionnant casting de dirigeants et de VIP était de la fête (Rahou de Lesieur, Bendidi de l’ONA, le PDG de Renault Maroc...).Le plateau artistique invité lors de la soirée de remise des trophées était plutôt féminin. Barbara Hendrix, habillée en beau caftan blanc, a subjugué le public. La star montante libanaise Miriam Farès, aux belles formes, aussi. Sans oublier le duo et couple Khadija Assad-Aziz Saâd Allah, au meilleur de leur forme. Leur show était un tantinet osé, selon des spectateurs. Khadija a abordé crûment l’harcèlement des femmes dans les rues. Mais, n’est-ce pas la fête de la femme qui dévoile tout?B. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc