×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Irak: Situation compromise à Najaf

Par L'Economiste | Edition N°:1837 Le 23/08/2004 | Partager

. Des chars américains se sont positionnés à 800 mètres des milices Cela fait plus de deux semaines que le Premier ministre irakien Iyad Allaoui et le chef rebelle Moqtada Sadr sont engagés dans un duel sans merci au terme duquel l'un des deux doit mettre un genou à terre et compromettre sérieusement sa carrière politique. Le chef du gouvernement, 58 ans, est un ancien baassiste qui s'est rapproché de la CIA et a été choisi en juin à son poste par la coalition conduite par les Etats-Unis. Il est laïc, et favorable à un Etat fédéral ayant des prérogatives en matière de sécurité avec des forces de police conséquentes et compétentes. Son credo est le retour de la sécurité afin de rassurer les investisseurs étrangers et relancer la reconstruction du pays en panne depuis la vague de violences et de rapts qui a débuté en avril. Face à lui, le jeune Moqtada Sadr est un survivant de l'ancien régime. Son père Mohammad Sadek al-Sadr a été assassiné en 1999 sur ordre de Saddam Hussein, ainsi que deux de ses frères. Début août, le Premier ministre a exigé le retrait des combattants de Sadr du Mausolée de l'imam Ali à Najaf, la remise aux forces de l'ordre irakiennes de toutes les armes de la milice et la transformation de l'Armée du Mehdi en parti politique. Mais le chef radical a biaisé. Après avoir affirmé par la voix de ses adjoints qu'il acceptait les trois conditions, il n'a en fait agréé qu'une, à savoir la remise des clés du mausolée à la Marjaïya (la plus haute autorité religieuse chiite) et non à la police. Aux dernières nouvelles, le transfert des clés de ce haut lieu du chiisme à l'ayatollah Ali Sistani a été suspendu. Entre-temps, de nouveaux affrontements ont éclaté dimanche à Najaf. La ville a été visée dans la nuit par des raids de l'aviation américaine. Des tirs nourris, mais sporadiques, se sont produits dimanche en début de matinée entre miliciens chiites du chef radical Moqtada Sadr et l'armée américaine, à proximité du Mausolée de l'imam Ali, selon un journaliste de l'AFP. Plus tôt, l'aviation américaine a mené des raids entre 02h30 et 03h00 (samedi 22h30 et 23h00 GMT), provoquant trois explosions près du mausolée, l'un des lieux les plus saints pour les chiites. De plus, des chars américains ont fait mouvement dimanche en direction de la Mosquée de l'imam Ali et se sont arrêtés à 800 mètres de ce lieu saint du chiisme.(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc