×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Darfour: Des miliciens arabes accusés de viols

Par L'Economiste | Edition N°:1837 Le 23/08/2004 | Partager

Les autorités soudanaises ont remis à la Commission des droits de l'homme de l'ONU une liste de noms de 30 miliciens arabes pro-gouvernementaux djandjawids, accusés de crimes au Darfour, en particulier de viols, a annoncé dimanche la presse soudanaise. C'est la première fois que les autorités soudanaises reconnaissent que des viols ont été commis dans cette région de l'ouest du Soudan, déchirée par la guerre civile depuis 18 mois et théâtre d'une grave crise humanitaire.La liste des djandjawids présumés criminels a été confiée par le ministre de la Justice Ali Mohamed Osmane Yassine au Ghanéen Emanuel Akoy. Les djandjawids sont accusés par les organisations humanitaires et les Nations unies d'exactions contre les Soudanais d'origine africaine du Darfour. L'ONU a demandé à Khartoum de les désarmer avant la fin du mois d'août, faute de quoi le Soudan s'exposerait à des sanctions.Parmi les djandjawids sur la liste figurent deux policiers accusés de participation à l'incendie d'un village, radiés et emprisonnés à Nyala (Darfour sud), et deux soldats des Forces de la défense populaire (réservistes) convaincus des viols de deux femmes déplacées qui avaient porté plainte contre eux. Akoy devait se rendre dimanche au Darfour pour poursuivre sa mission au service du Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR). Selon la presse, il a reconnu la difficulté d'enquêter sur les affaires de viol, du fait de la sensibilité particulière de ce type de crimes et du refus des victimes d'en parler.Rappelons qu'Amnesty International avait accusé le 19 juillet dernier le gouvernement soudanais de crimes contre l'humanité et notamment de très nombreux viols de femmes dans la région du Darfour. Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc