×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Investissements: Les MRE préfèrent les services

Par L'Economiste | Edition N°:1806 Le 07/07/2004 | Partager

. Une enquête de la Fondation Hassan II apporte le détail sur leur nature . L’observatoire de la communauté marocaine définit les gisements de compétencesIl y a un manque persistant en information concernant la nature et l’affectation des transferts financiers des MRE. Ce qui est sûr, c’est que ces transferts sont en constant accroissement. Raison de plus pour connaître les tendances en matière d’investissement des Marocains de l’extérieur. Aujourd’hui, on connaît mal la part en investissement productif et par conséquent l’apport des MRE dans le développement de leur pays d’origine.Pour y voir plus clair, la Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l’étranger organise demain jeudi 8 juillet un séminaire où elle présentera les résultats d’une enquête réalisée auprès des investisseurs qui appartiennent à la diaspora. Cette journée d’étude qui aura pour thème «Marocains de l’extérieur et développement» devra mieux définir les moyens susceptibles d’encourager ces investissements. Mais aussi de jeter les ponts entre les expériences, qualifications et savoir-faire des deux rives. Pour Omar Azziman, président-délégué de la Fondation, «il y a là un énorme potentiel et une disposition très favorable de la part des Marocains de l’extérieur». Cette nouvelle dynamique est surtout ressentie chez les jeunes de la deuxième et troisième génération qui se lancent dans des activités à forte valeur ajoutée. Pour les lauréats des universités et des grandes écoles, c’est plutôt la création d’entreprises dans les NTI, la communication et le e-commerce qui retient l’intérêt. Pour les autres à moindre qualification, la priorité a basculé vers les entreprises de services: commerces, boulangeries, cafés, restaurants, téléboutiques… Et ce, contrairement à leurs parents qui préféraient mettre leur argent dans l’immobilier. Ce changement de mœurs économiques est bénéfique dans la mesure où il encourage l’emploi et le transfert pas seulement de l’argent mais aussi de la technologie. Rappelons que la diaspora marocaine dépasse les 2,5 millions de personnes réparties dans des pays à cultures et à niveaux de développement variés. Pour mieux accompagner ces multiples transferts, la Fondation Hassan II a mis en place avec le concours de l’Organisation internationale des migrations (OIM), un observatoire de la communauté marocaine établie à l’étranger. «Cette méthode nous permet de connaître les gisements des compétences et d’agir de manière pertinente et plus adaptée aux besoins des MRE», précise Azziman. La Fondation réalise ainsi une trentaine de projets par an avec ses partenaires européens mais aussi du Canada. Il s’agit d’initiatives ayant pour objectif de raffermir les liens avec le Maroc. Chaque année, la Fondation fait venir 800 enfants pour leur faire découvrir ou redécouvrir leur pays d’origine. Cette question de liens est primordiale pour l’équilibre psychologique des jeunes nés en terre d’émigration.


Moyens

La Fondation Hassan II pour les MRE est organisée en pôles spécialisés. On peut citer à ce sujet l’assistance juridique et sociale, le pôle de l’éducation et de l’animation culturelle, le pôle de la coopération et du partenariat et la promotion économique des investissements des MRE. Le pôle juridique traite en moyenne 6.000 requêtes par an, «avec un taux de règlement supérieur à 50%», est-il affirmé. L’activité du conseil juridique bénéficie quant à elle à 4.000 personnes par an. L’enseignement de la langue arabe et de la culture d’origine profite à 54.000 élèves par an. La communauté marocaine à l’étranger estime, néanmoins, que ses besoins dépassent les moyens mis en œuvre.Mostafa BENTAK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc