×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Infrastructures
Un rural sur deux n’a pas accès à la route

Par L'Economiste | Edition N°:1874 Le 13/10/2004 | Partager

. 1,5 million de personnes à désenclaver par anPour Ghellab, la tendance actuelle est que l’ensemble des projets ne s’inscrivent plus dans une logique d’objectifs à atteindre mais plutôt des chantiers enclenchés.Outre le chapitre des grands projets, l’autre priorité des infrastructures est axée sur l’arrière-pays et le désenclavement du monde rural. “C’est une autre facette du Maroc qui sera traitée en parallèle pour plus d’équilibre et des préoccupations du minimum vital”, estime Ghellab. Selon le ministre, “Un Marocain sur deux n’a pas accès à la route dans le monde rural”. Ce qui pénalise le développement dans le milieu rural où la population paie fortement le surcoût de la précarité. Selon lui, “le transport d’une tonne de marchandise coûte 150 DH dans un kilomètre de route difficile”. Sur ce registre, un ambitieux programme routier est enclenché dans le monde rural. Il porte sur 11.200 kilomètres de routes qui seront réalisées en 2005. Actuellement, 75% du programme est déjà réalisé. Pour sa part, le programme national routier 2 s’inscrit dans la même logique. Ce dernier permettra de généraliser le désenclavement et d’augmenter le taux d’accessibilité à 60% en 2007, voire 80% en 2015. Le second programme devra accélérer la cadence des travaux. Il porte sur 1.500 kilomètres par an de routes et de pistes. L’objectif est de permettre à la population un accès viable en tout temps. Mais la facture est coûteuse, car il est difficile d’envisager une rentabilité pour les projets de développement à caractère social. A cet effet, le coût global du programme routier est domicilié dans la politique sociale du gouvernement. L’enveloppe budgétaire oscille autour de 10 milliards de DH sur 10 ans. Pour le ministre, l’accélération de la cadence permettra de désenclaver 1,5 million de bénéficiaires par an. Sur un autre volet, le gouvernement veut doter l’économie d’un outil performant à même de répondre à l’ambition et la vocation du pays d’arrimer son développement économique au marché européen, précise Ghellab. A cet effet, la réforme portuaire présente des enjeux aux effets d’entraînement multiples. Il s’agit de l’entrée en lice de nouveaux opérateurs qui devront faire jouer la concurrence. Sur ce point, le département de tutelle insiste sur la mise en place d’un organe public de régulation et de contrôle. Parallèlement, la création d’une société nationale d’exploitation portuaire à partir des activités commerciales est dans le pipe. L’intérêt est que Tanger-Med soit l’occasion d’une réforme dans le secteur portuaire pour effectuer un saut qualitatif dans les ports.


Transport de marchandises

Le troisième axe de la stratégie de Ghellab s’articule autour de la libéralisation du transport de marchandises. L’objectif, selon le ministre, est de mettre en place un système de transport économiquement efficace et viable dans des conditions de sécurité, de fiabilité et de compétitivité compte tenu de la réduction des coûts escomptée. Les réformes entreprises dans le transport de marchandises vont dans ce sens, notamment avec la loi 16-99. Elle a permis la suppression de l’agrément du transport routier de marchandises en vue de faciliter la transaction entre l’administration et les promoteurs. Bilan, le 30 avril dernier, 15.385 carnets de circulation ont été délivrés.A. R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc