×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Ifrane veut un centre d'accueil pour les grands sportifs
Interview de Hassan El Allam, gouverneur de la province

Par L'Economiste | Edition N°:1544 Le 20/06/2003 | Partager

Pôle d'attraction pour les sportifs, randonnées, centre universitaire… la ville regorge de potentialités. Le gouverneur d'Ifrane explique comment la province peut attirer de nouveaux investissements sans perdre son cachet.. L'Economiste: Est-ce que les attentats de Casablanca n'auront pas d'impact négatif sur le tourisme à Ifrane?- Hassan El Allam: Pas du tout. Nous avons déjà fait une évaluation auprès des unités hôtelières. Les étrangers qui se trouvaient chez nous n'ont absolument pas modifié la durée de leur séjour. Les réservations qui ont été faites sont restées pratiquement les mêmes. Cela confirme la confiance qui est placée dans notre pays comme destination stable. Sachant que cet incident peut arriver dans n'importe quel pays du monde.. Que représentent les touristes étrangers pour la ville d'Ifrane?- Les touristes étrangers que nous recevons sont ceux qui font le trajet Fès-Marrakech via Ifrane. Ils s'inscrivent dans un circuit touristique des villes impériales. Ils s'arrêtent chez nous dans la journée, ils se restaurent ici, ils se promènent, ils prennent des photos et découvrent une nature qui n'ont pas l'habitude de voir… Il faut dire aussi qu'Ifrane est un pôle d'attraction pour le sport de haut niveau. Des athlètes de toutes nationalités viennent ici en concentration pour s'entraîner. Nous cherchons à intéresser les investisseurs potentiels pour la réalisation d'un centre d'accueil pour les sportifs car la demande est importante. D'autant plus qu'aujourd'hui, les athlètes séjournent dans un hôtel, alors qu'un centre pourrait leur offrir toutes les installations nécessaires. L'avantage c'est qu'on a un complexe sportif avec une piste de 8 couloirs et un terrain de sport gazonné. Cette infrastructure est appropriée pour encourager l'investissement. . Avec les atouts naturels de la province d'Ifrane, est-ce que vous n'avez pas pensé à une réserve de chasse?- La diversité naturelle d'Ifrane est exceptionnelle. On peut citer la chasse et la pêche aussi. Nous avons suffisamment de lacs naturels et beaucoup de rivières. Il y a des poissons rares comme la truite et autres. On a discuté avec un groupe espagnol qui voudrait créer une réserve de chasse touristique pour les étrangers à l'instar du projet de Sefrou. En somme, on encourage tout projet en gardant à Ifrane son cachet de ville propre. Conformément aux hautes directives de Feu Hassan II, Ifrane doit rester une ville propre où il n'y a pas d'activités polluantes. Toute industrie polluante, c'est vers Azrou, Khénifra… au-delà d'Ifrane. . Quel est l'impact de l'Université Al Akhawayne sur Ifrane? - Depuis l'installation de l'Université Al Akhawayne à Ifrane, l'idée pour que la ville devienne aussi un pôle universitaire fait son chemin. Maintenant, on a délocalisé l'Ecole nationale des ingénieurs des Eaux et Forêts à Ifrane. Les constructions sont terminées. Concernant la prestigieuse université, elle abrite près d'un millier d'étudiants. La plupart habitent à l'intérieur du campus, il y en a d'autres qui préfèrent louer un logement à l'extérieur. Les effets sont d'abord d'ordre intellectuel. L'université nous accompagne en matière de réflexion sur un certain nombre de choses qui vont dans le sens du développement de la province. Pour nous, Al Akhawayne est un support intellectuel dans l'analyse et dans les études de projets. L'impact sur l'économie est certain, les étudiants et les professeurs… créent une dynamique en matière d'activités économiques dans la province.


Un tourisme de nature

«Nous avons un tourisme de nature propre», affirme El Allam. Pour lui, Ifrane peut être considérée comme un pôle d'attraction pour les touristes européens randonneurs qui aiment se ressourcer dans la nature. La région veut développer ce créneau. D'autant plus qu'Ifrane (12.000 habitants) voit sa population se multiplie par 9 pendant les vacances. «On a encouragé la réalisation de résidences et des apparts-hôtels car ils conviennent parfaitement aux habitudes de vie de la famille marocaine«, note El Allam. «Nous avons également des résidences des oeuvres sociales d'un certain nombre de départements dont la RAM, la Justice, la Banque Populaire… qui contribuent au développement du tourisme dans la ville d'Ifrane«.De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc