×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Tourisme: Le Maroc, petit poucet méditerranéen

Par L'Economiste | Edition N°:1544 Le 20/06/2003 | Partager

. Sur les 125 millions de touristes qui visitent le pourtour méditerranéen, le Maroc n'en attire que 2,5 millions. Le succès de l'opération reconquête lancée par le plan Azur dépendra du rythme de mise en oeuvre de l'accord-cadreLa saison estivale commence officiellement ce vendredi 21 juin avec la traditionnelle transhumance vers les destinations balnéaires. 80% des vacanciers se déplacent en été. Pour l'activité touristique qui a subi des coups durs ces deux dernières années, la haute saison commence début avril. Le Maroc étant essentiellement pour l'instant une destination d'hiver, n'est pas concerné par ces flux de touristes de l'été. C'est la Méditerranée (sans la France) qui concentre la plus grande activité touristique du monde avec 125 millions de touristes l'an dernier. Ce qui représente 20% des flux internationaux du tourisme. A côté, avec ses 2,5 millions de visiteurs, le Maroc fait figure de nain. La destination ne ressent que peu les vibrations de la marrée humaine qui déferle tous les ans sur les côtes de ses voisins méditerranéens. L'Espagne tout près reçoit 13 millions de touristes allemands tous les ans alors que le Maroc peine à en attirer 200.000.A sa décharge, une offre balnéaire limitée jusqu'à présent à la seule Agadir, une lacune qui va être corrigée par l'aménagement des six stations balnéaires prévues dans le plan Azur. C'est le fer de lance de ce qui est qualifié d'opération reconquête des parts de marché sur le plan mondial. Il ne suffit pas de construire des hôtels 5 étoiles et des palaces pour se qualifier de «plus beau pays du monde«. Les destinations les plus prisées ces dernières années sont celles à caractère culturel et authentique qui peuvent allier espaces balnéaires, pratiques sportives, découvertes et dépaysement. Tout ce que possède le Maroc en potentiel et qu'il n'arrive pas à valoriser suffisamment. Le club des destinations vedettes en Méditerranée comprend l'Espagne (47 millions de touristes), l'Italie (39 millions de touristes), la Grèce (12,5 millions), la Turquie (10,7 millions) et le Portugal qui réussit au passage un joli tour de force en ayant accueilli 12 millions de touristes (données de l'OMT en 2001). Si l'on compare à ce qu'ont réussi le Portugal et la Turquie en peu de temps, l'objectif des 10 millions de touristes que s'est fixé le Maroc n'est pas irréalisable, malgré les soubresauts conjoncturels. Tout dépendra de la vitesse à laquelle seront mises en œuvre les bases structurelles de la nouvelle politique touristique tracée dans l'accord-cadre (vision 2010). En général, la clientèle de la Méditerranée vient de marchés émetteurs européens: France, Royaume-Uni, Pays-Bas, Suisse et Allemagne. On remarque aussi une grande affluence des Etats-Unis et du Japon.La Croatie est la destination à la mode en ce moment. Elle se trouve au point de rencontre de la Méditerranée, des Alpes et des plaines pannoniennes.Son principal attrait est constitué par la côte adriatique et ses îles, même si le pays dispose de quelques potentialités touristiques dans les zones intérieures.Pour les deux destinations parmi les plus visitées du monde, les enjeux sont différents. D'un côté, la France joue sur son côté acquis du luxe et de l'élégance parisienne, de ses vins bordelais et fromages du terroir. Autant d'atouts qui ne manquent pas d'attirer les Américains et les Asiatiques. De l'autre, l'Espagne qui a su faire de sa Costa Del Sol une destination où convergent des millions de touristes tous les ans, dont plusieurs dizaines de milliers en provenance du Maroc. Ces deux majors du tourisme mondial doivent aussi leur succès à la diversité de leur offre qui aligne des produits ciblant du plus modeste des voyageurs au plus nanti. Le Maghreb est prisé pour ses plages dorées, ses déserts et sa culture. Bien que des Européens aient une image négative de la corruption fortement présente dans ces pays, ils sont quand même bien contents de passer des vacances à prix réduit dans un endroit où ils peuvent marchander jusqu'à la course de taxi. Néanmoins, la Tunisie et le Maroc sont en recul avec des baisses respectives de 6 et 2,7% en termes d'arrivées internationales, selon l'OMT.Par ailleurs la Tunisie qui accueille environ 5 millions de visiteurs, est un parfait exemple du «package tour«, un tourisme qui consiste à envoyer un maximum de groupes dans des clubs ou des hôtels pas très dépaysants où l'on propose un cocktail de soirées traditionnelles et de jeux sur fond d'animations. Des destinations où les Français ont 99% de chance de se retrouver entre eux, idem pour les Italiens, les Britanniques et les autres nationalités.


Trois fois moins que la Turquie

L'année 2002 s'est avérée plus florissante, enregistrant près de 715 millions d'arrivées de touristes internationaux, soit 22 millions de plus que l'année précédente. A elle seule, l'Europe méditerranéenne méridionale a reçu 146 millions de visiteurs, creusant ainsi encore plus le décalage avec l'Afrique du Nord qui, elle, ne fait que 10,1 millions d'entrées.Un classement des 5 premières destinations touristiques du monde en 2002 révèle un étonnant résultat avec la France en tête (76,7 millions d'arrivées), suivie de l'Espagne (51,7 millions), puis les Etats-Unis (45,4 millions), l'Italie et la Chine (36,8 millions). En revanche, le hit-parade change si l'on prend comme référence les recettes. Les Etats-Unis qui détiennent la tête du palmarès (80,7 milliards de dollars). Suivent derrière l'Espagne (36,7 milliards de dollars) et la France (33,5 milliards de dollars), qui réalisent des performances remarquables. Après ce trio de tête, l'Italie avec 29 milliards de dollars talonne les concurrents français et espagnol. La Grèce et la Turquie réalisent chacune près de 9 milliards de dollars de recettes touristiques, soit 3 fois la performance du Maroc.Laila HIDA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc