×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Grèce: Les J. O. prennent le tourisme au piège

Par L'Economiste | Edition N°:1814 Le 19/07/2004 | Partager

. Des chambres deux étoiles sont passées de 90 à 300 euros la nuitée!Beaucoup d’hôtes mais peu de touristes: à un mois des Jeux olympiques, hôteliers et commerçants athéniens se préparent à accueillir un nombre record de visiteurs. Ce, en dépit de l’échec du secteur touristique à exploiter cette occasion, pour cause notamment d’envolée des prix. Avec la venue attendue de quelque 75.000 membres de la famille olympique, notamment athlètes et journalistes, Athènes va au mois d’août “accueillir plus d’étrangers que jamais”, se félicite Spyros Kouroupis, de l’Union grecque des entreprises de vente au détail (SELPE). “D’habitude, ce n’est qu’une ville de transit, 24 heures pour voir l’Acropole avant de partir sur les îles, cette fois, elle fera le plein”, souligne-t-il. Alors que l’un des loisirs favoris des athlètes est, selon lui, la “fièvre acheteuse”, les commerçants sont du coup optimistes, comptant sur une hausse d’environ 20% de leur chiffre d’affaires.Rénové à près de 80%, et renforcé de quelque 6.000 nouveaux lits, le parc hôtelier de la ville affiche aussi pour la durée des Jeux (13-29 août), un taux de remplissage de près de 90%, le double des années précédentes, relève Georges Tsakiris, de l’Union des hôteliers d’Athènes. “Ça va être bon pour tout le monde”, se félicite-t-il. Pour la maire d’Athènes, Dora Bakoyannis, le rendez-vous est du coup perçu comme l’occasion de “replacer Athènes sur la carte touristique des séjours urbains”, grâce à un toilettage olympique lui permettant de rompre avec son image de capitale polluée, anarchique et sans grand intérêt culturel autre qu’antique. Dans l’immédiat, le bilan olympique du tourisme grec est dans le rouge. Selon le président des voyagistes grecs, Yannis Evangélou, un recul est attendu “de l’ordre de 4 à 5%” par rapport à 2003, qui avait amené 11,8 millions de touristes. Fréquentation en baisse avant août, “de 25 à 30% sur le marché français”, et à peine augmentée durant les Jeux, avec quelque 80.000 touristes attendus par jour contre 75.000 d’habitude, selon Evangélou: la Grèce sera “le seul pays organisateur de Jeux” à enregistrer une telle contre-performance, a récemment déploré le secrétaire d’Etat au Tourisme, Anastassios Liaskos.“Tout le monde a cru à la poule aux oeufs d’or, le pays est devenu inabordable”, estime un responsable de tourisme. Il existerait des chambres deux étoiles passées de 90 à 300 euros, ou un café en terrasse facturé 3 euros. S’ils reconnaissent des abus, les responsables grecs les qualifient pour leur part d’”isolés”, justifiant pour le reste les hausses de prix par un regain de qualité et l’exception olympique.(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc