×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Grande enquête de L’Economiste-Sunergia
Les jeunes sont très superstitieux

Par L'Economiste | Edition N°:2200 Le 25/01/2006 | Partager

. Les filles sont un peu plus rationnelles que les garçons. Djins et sorcellerie sur le même planNos jeunes sont très imprégnés des croyances religieuses, mais aussi des superstitions. La seule exception: le pouvoir des saints. 66% de notre échantillon «ne croient pas au pouvoir des saints». En revanche, une proportion similaire croit indifféremment aux djins et shour: 66% des jeunes de 16 à 29 ans «croient au pouvoir des djins» et 59% «croient au pouvoir du «shour» (sorcellerie).Les demoiselles (l’échantillon est à majorité célibataire) croient moins au pouvoir des saints (72%) que les garçons (60%), et ce, quels que soient l’âge, la classe sociale ou encore le lieu d’habitation (ville ou campagne).Elles sont aussi moins nombreuses à «croire au pouvoir des djins», même si une majorité relative y croit: 54% des filles interrogées tandis qu’une majorité écrasante des jeunes hommes (78%) affirme «croire aux djins»! Il semble que plus on prend de l’âge, plus on y croit de plus en plus fermement: un jeune de 16-17 ans sur deux y croit (52%), et trois jeunes sur quatre de 25-29 ans y croient (74%)… Les djins sont dans la tête des plus riches comme des plus pauvres des jeunes interrogés: la distinction des classes sociales n’apparaît pas. En ville comme à la campagne, deux jeunes sur trois «croient aux djins». Concernant la sorcellerie, superstition très répandue chez les jeunes (plus de la moitié y croit!), la distinction filles-garçons mérite une attention particulière. Contrairement à l’idée répandue, qui veut que les femmes soient des «jeteuses de sort», chez les jeunes, ce ne sont pas les plus superstitieuses. Ce sont ces jeunes messieurs qui croient le plus dans la force du «shour»: 67% d’entre eux y croient alors que 52% de ces gentes dames déclarent y croire… Ce qui est beaucoup. Comme pour les «djins», plus on avance dans l’âge, plus on croit au pouvoir du «shour»: si 46% des 16-17 ans déclarent «croire au pouvoir du shour», l’on passe à 70% chez les 25-29 ans. Que se passe-t-il dans la tranche de vie de 16 à 29 ans pour qu’au fur et à mesure, on soit persuadé de ce pouvoir et aller consulter ces «fqihs» dont les consultations sont parfois réellement dangereuses (cf. www.leconomiste.com)? Est-ce le manque de repères? Le manque de foi? Le manque de confiance en soi, de construction de l’esprit? Nos sociologues pourront-ils voler au secours de cette jeunesse du XXIe siècle? Plus on est pauvre, plus on croit (un tout petit peu plus) à la sorcellerie: 62% des jeunes de la classe D disent y croire, 59% de la classe C et 54% de la classe aisée-bourgeoise (A-B). La différence est petite et est à la limite du seuil de signification.En somme, cette jeunesse semble très influencée par ces croyances. La sorcellerie est très présente dans les esprits…Cela mérite peut-être de tirer une sonnette d’alarme: ces jeunes sont les adultes de demain…


30% des garçons rêvent de polygamie!

La grande majorité des jeunes de 16 à 29 ans interrogés dans notre enquête sont contre la polygamie: 79%. Les nouvelles générations ne veulent plus majoritairement vivre ce mode de vie (un homme plusieurs épouses), et surtout les filles. 88% des jeunes femmes sont contre et «seulement» 69% de ces jeunes hommes…qui, tout de même, à 30% ne diraient pas non à la vie avec plusieurs femmes (12% pour les filles, ce qui est à peine au-dessus du seuil de signification). Les garçons ne pourront donc que rêver…Les jeunes sont contre la polygamie dans les mêmes proportions quel que soient l’âge (de 16 à 29 ans), la classe sociale et le lieu d’habitation. Ces données confirment nos deux enquêtes précédentes sur la Moudawana (cf. www.leconomiste.com).


Religion et politique: Ça va chauffer!

En principe, cette question ne devrait pas se poser au Maroc, où seul le Trône conjugue politique et religion, mais en réalité, la vie de tous les jours montre que des forces sont réellement à l’œuvre pour infléchir cette position.Les jeunes sont totalement partagés sur cette question: 32% disent que «la religion doit guider les partis politiques», 37% y sont opposés et le tiers restant dit qu’il «ne sait pas» (ce qui peut vouloir dire qu’ils ne veulent pas donner leur avis, ou bien que réellement, ils ne savent pas).Notre enquête montre un phénomène tout à fait intéressant. Religion et politique sont, certes, un combat pour le pouvoir dans l’Etat, mais aussi un ensemble de microcombats individuels… comme nous le verrons vendredi 27 janvier, dans la suite de notre grande enquête.A suivre dans notre édition du vendredi consacrée aux jeunes et la politique et citoyenneté.


Croyez-vous au pouvoir du shour?. FemmeOui 52%Non 48%. HommeOui 67%Non 33%Croyez-vous au pouvoir des djins?. FemmeOui 54%Non 46%. HommeOui 78%Non 22%

Note à nos lecteurs

Les différents articles sont un résumé succinct des données de la grande enquête de L’Economiste. Les détails, ainsi que les analyses et les travaux d’investigation seront publiés dans un document exceptionnel à paraître mi-février.. Mercredi 18 janvier- Qui sont les jeunes d’aujourd’hui et quel Maroc vont-ils produire?» - La sexualité des jeunes. Jeudi 19 janvier - Loisirs: les copains d’abord!. Vendredi 20 janvier - Pour les jeunes, tout dépend de l’argent- Les jeunes remettent en cause l’autorité parentale- Pour la «jmima», les parents «casquent». Mardi 24 janvier- 44% des jeunes: Al Qaïda n’est pas terroriste- 49% des garçons voient leur femme voilée- 57% des jeunes sont pour le hijab M. Kd

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc