×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

GATT: les points de discorde

Par L'Economiste | Edition N°:24 Le 09/04/1992 | Partager

Un échec de l'Uruguay Round provoquerait "des pertes de croissance dans tous les pays du monde, en particulier dans les pays engagés dans leur processus de transformation estime Michel Camdessus, Directeur Général du Fonds Monétaire International.
Cent huit pays sont concernés par le cycle de l'Uruguay, mais la partie se joue entre Européens et Américains.
Leurs principaux points de discorde et d'affrontement sont l'agriculture, les services et les textiles.
L'agriculture, qui ne représente que 400 milliards de Dollars, soit une contribution de 11% au total des échanges mondiaux de marchandises, constitue le dossier le plus chaud des négociations. Les pratiques en vigueur en matière de subventions, qui ne peuvent, pour des raisons budgétaires, être poursuivies sont au coeur des discussions. Trois cents milliards de Dollars vont, en effet, au soutien du secteur agricole. Les Etats-Unis et la CEE totalisent, à eux seuls, des dépenses budgétaires de quelques cent milliards de Dollars.
Les divergences sont d'autant plus accrues que les systèmes d'aides reposent sur des bases différentes.
En fait, l'affrontement porte plus précisément sur la réduction des subventions à l'exportation, tout en pourcentage qu'en volume concernant l'Europe, le gel des exportations de substituts de céréales américaines sur le marché communautaire et sur ce que l'on appelait communément "la boîte verte" et qui porte aujourd'hui le nom de "boîte de sécurité" (safe box), c'est-à-dire les aides autorisées et non réglementées.
Côté services, la recherche d'une libéralisation et l'adoption de règles ordonnant le secteur ont été proposées par les Etats-Unis. Malgré que l'accord initial sur les tarifs douaniers et le commerce s'applique aux seuls échanges de marchandises, les Etats-Unis ont, en effet, voulu étendre l'Uruguay Round à ce nouveau champ.
Cependant, il y a à peine quelques jours, ils ont exclu une grande partie des services de la clause de la nation la plus favorisée.
Cette exclusion vise les transports maritimes, les services financiers, les transports aériens et les télécommunications de base. Les trois quarts du commerce global des services sont basés sur ces quatre secteurs.
Le dernier point d'achoppement est constitué par le textile qui est régi par l'arrangement multifibres (AMF) négocié comme une exception aux disciplines normales du GATT.
La dernière prorogation de l'AMF, en attendant la réintégration de ce secteur dans le GATT, s'étendra jusqu'à la fin de l'année en cours.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc