×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

France Télécom opportuniste jusqu’au bout

Par L'Economiste | Edition N°:3369 Le 24/09/2010 | Partager

. Le groupe français a profité de la faille du saoudien Itissalat TOUT est allé vite. Très vite. Les négociations entre Méditel et France Télécom «particulièrement efficaces et rapides n’ont duré que quelques mois». Il aura fallu d’une petite faille avec le saoudien Itissalat dont les transactions avec Méditel étaient près d’aboutir, «en tout cas sur le prix de cession», pour que France Télécom s’y engouffre. Le tout nouveau DG de l’opérateur historique français, en poste depuis seulement six mois, semble tenir là une belle revanche… sur Vivendi. Mais Stéphane Richard a le triomphe modeste. «Franchement on n’a pas fait cette opération en se disant qu’on va en découdre avec Vivendi au Maroc». Toujours est-il qu’on est bien loin du temps, en 2001, où France Télécom était le candidat «désigné» pour entrer au capital de Maroc Telecom, alors en privatisation partielle. France Telecom, en quasi-faillite en raison d’une dette abyssale contractée pour le rachat d’Orange (45 milliards d’euros), avait dû renoncer, mais sans jamais renoncer à «l’espoir de pouvoir faire un bel investissement au Maroc». C’est chose faite, avec l’acquisition de 40% de Méditel. Les partenaires marocains, CDG et FinanceCom, réaliseront une belle plus-value, un an seulement après avoir racheté les participations de Telefonica et Portugal Telecom. En même temps, l’arrivée d’un véritable industriel dans le giron de Méditel, qui plus est, va continuer à développer de la valeur pour les actionnaires, est une aubaine pour eux. Quant au Trésor, c’est une rentrée de devises inespérée dans un contexte de crise surtout (cf. L’Economiste des 22 et 23 septembre 2010). La confiance apportée par cet opérateur d’envergure mondiale rehausse encore plus le statut du Maroc de destination privilégiée des IDE sur le continent.Pour France Télécom, c’est la poursuite du développement de son footprint en Afrique. Même si le prix payé serait un peu élevé au regard des benchmarks internationaux, ce que conteste Stéphane Richard, il y a beaucoup de belles choses à réaliser avec Méditel. Le Maroc est dans le top 10 des destinations de trafic international au départ de la France et du roaming. Commentant le prix de transaction, Stéphane Richard tranche: «de toute façon, les marchés ou les analystes trouvent toujours qu’on paye trop cher». Et confie n’avoir jamais lu un article sur une acquisition qualifiée de bon marché. Notamment, si c’était le cas, «ça ne serait quand même pas terrible pour les vendeurs. CDG et FinanceCom ne seraient pas très heureux si on écrivait que vraiment le prix est très bas». En clair, «si on écoutait les marchés, on ne ferait rien du tout. Car, d’un côté, ils nous demandent d’aller chercher de la croissance et trouver du développement, de l’autre, ils trouvent toujours que c’est trop cher». La réalité est mathématique. Il suffit d’observer objectivement le ratio de valorisation des 40% de Méditel, pour s’apercevoir que «c’est un multiple de 10 fois l’Ebitda prévu de 2010». Si on regarde ce qui a été fait de comparable ces derniers 12 mois, notamment le rachat des actifs africains de Zain, en partie, à 11,8 fois l’Ebitda ou encore l’acquisition de Vivo par Telefonica à 2,5 fois l’Ebitda, il n’y a pas de quoi s’alarmer. Pour le DG de France Télécom, «rien ne permet d’affirmer que son groupe a trop cher payé les 40% de Méditel». Ceci d’autant plus que le protocole d’accord permet à France Télécom d’accéder de façon certaine au contrôle du 2e opérateur marocain… Une sorte de prime de contrôle contenue dans la valorisation.B.T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc