×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Fès/tourisme: Les nuitées en baisse

Par L'Economiste | Edition N°:2287 Le 31/05/2006 | Partager

. La fréquentation hôtelière en retrait de 18% en marsLES Français et les nationaux boudent Fès. Alors que l’embellie touristique est confirmée au niveau de nombreuses destinations touristiques du pays, Fès enregistre une baisse notable en termes de nuitées et d’arrivées. Ainsi, les nuitées dans les établissements d’hébergement touristique classés ont subi un recul de 18% en mars 2006 par rapport au même mois en 2005. Année qui, pour le secteur, est assez positive. Le département du Tourisme et l’Observatoire du tourisme indiquent que la  ville affiche une tendance au-dessous de celle réalisée à l’échelle nationale (+6% pour le mois de mars 2006).  Depuis le début de l’année, la ville affiche en fait une baisse de 6% comparativement avec la même période de 2005.  Les catégories d’hôtels classés 3, 4 et 5 étoiles présentent des taux à la baisse en termes de nuitées en comparaison avec mars 2005 (-6% pour les 3*, -26% pour les 4* et -26% pour les 5*) sachant qu’elles cumulent 88% des nuitées totales enregistrées. Ce faisant, le taux d’occupation des chambres dans ces établissements a chuté de 7 points pour atteindre 34% en mars 2006 contre 41% une année auparavant. Le recul des nuitées déclaré par les opérateurs en mars s’explique, selon le ministère du Tourisme, par la baisse enregistrée au niveau des deux principaux marchés émetteurs de la ville de Fès: -17% pour la France et -21% pour le tourisme interne par rapport à mars   2005.  Idem pour les résultats du premier trimestre, le recul des nuitées de 6% est en partie dû à la chute du marché français de 13% et à une légère baisse du marché interne de 2%. Le taux d’occupation connaît, à fin mars, un recul de 3 points par rapport au premier trimestre de l’année précédente. Mais cela est loin d’inquiéter les opérateurs touristiques de la ville. «C’est le repositionnement du produit qui est à l’origine de la baisse enregistrée  au niveau des établissements hôteliers classés. Fès, qui était une étape dans le circuit des villes impériales, est en passe de devenir une ville de séjour. Elle met en avant de nouveaux produits comme les riads et attire une nouvelle clientèle. Les nuitées ont certes enregistré des baisses, mais les hôteliers n’ont pas subi des pertes sur le chiffre d’affaires. Ils ont réalisé de bons résultats financiers», rassure Driss Faceh, président du Conseil régional du tourisme de la ville. Il ajoute que Fès est une destination en évolution et que la reprise est au rendez-vous. Cette confiance affichée par de nombreux opérateurs de la ville a pour origine le programme de développement régional Fès (PDR). Mis en place depuis quelques mois, ce programme de 3 milliards de DH d’investissement sur la prochaine décennie prévoit notamment l’ouverture de deux nouvelles zones touristiques (Oued Fès 90 ha, Ouisslane 40 ha), l’augmentation des nuitées à plus d’1,8 million et le renforcement de la capacité d’hébergement (10.000 lits). L’amélioration de la desserte aérienne, la restauration de fondouks et demeures traditionnelles de valeur et l’amélioration de l’animation sont également dans le pipe des acteurs du tourisme de Fès.  


Potentiel

LA région de Fès-Boulemane  recèle des atouts touristiques diversifiés (tourismes culturel, de montagne et thermal) pouvant jouer un rôle important dans la promotion et la dynamisation de la région. Cependant, son développement demeure encore entravé malgré les efforts fournis dans ce sens par une faible capacité d’accueil (5,3% des hôtels et 5,9 % de lits au niveau national).  L’offre n’est pas encore complète. Il existe des hôtels 4 ou 5 étoiles et une hôtellerie traditionnelle, mais le gros potentiel de développement concerne l’offre intermédiaire. Aussi, Fès n’exploite pas pleinement le potentiel des marchés émetteurs de touristes. Elle reste concentrée sur le seul marché français, une clientèle essentiellement de circuits. De notre correspondante,Rachida Bami

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc