×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Oujda
Le relogement de 600 familles au programme

Par L'Economiste | Edition N°:2287 Le 31/05/2006 | Partager

. Avant tout, il faut surmonter les difficultés de construction. Et motiver les bénéficiaires. Des mesures d’accompagnement mises en place  C’est en présence des présidents du Conseil des oulémas, de la Chambre de commerce et d’industrie, du conseil provincial, de la commune urbaine d’Oujda et la presse que Mohamed Brahimi, wali de la région de l’Oriental, a rencontré, le 27 mai, les familles bénéficiaires du programme de relogement. Opération qui s’inscrit dans le cadre des mesures d’urgence de l’Initiative nationale de développement humain (INDH) 2005. Il s’agit de 600 ménages résidant au quartier Jbel Tourba à Sidi Yahya. Après avoir écouté les doléances et problèmes des uns et des autres, le wali a exposé les modalités du transfert. Les familles ont reçu la garantie de bénéficier d’une aide à la construction. A noter que les lots ont été attribués à titre gracieux. Jusqu’à présent, ces familles ne voulaient pas quitter leur logis pourtant menacés d’effondrement. De fait la faiblesse de leurs ressources ne leur permet pas de s’atteler à des chantiers de construction. Si le wali a démontré l’impossibilité pour le gouvernement de satisfaire totalement leurs doléances, il a néanmoins promis un accompagnement. Ainsi, sur le plan technique, les familles bénéficieront du soutien d’une commission désignée à cet effet et de la gratuité du transport des matériaux de construction qui leur seront vendus à des prix modérés. Sur le plan financier, des facilités bancaires leur seront accordées. Selon le représentant de la Banque Populaire, les procédures de crédits seront simplifiées. Les taux d’intérêt sont fixés à 7,25% avec une durée de remboursement pouvant aller jusqu’à 25 ans, en fonction des moyens du bénéficiaire. A noter que l’Etat se porte garant du crédit accordé à chaque bénéficiaire à hauteur de 70%. Et les cas d’extrême précarité seront étudiés au cas par cas.De notre correspondant,Mohammed Zerhoudi

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc