×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Fès: Accor met en stand-by son projet Novotel

Par L'Economiste | Edition N°:1566 Le 22/07/2003 | Partager

. Manque de visibilité. Trois partenaires: Somed, Mamda et AccorLa construction de l'hôtel Novotel par le groupe Accor (catégorie 4 étoiles) à Fès est pour le moment suspendue. Rappelons que c'est sous l'initiative de la société Nargis, regroupant la Somed (société maroco-émaratie de développement), la Mamda et du groupe Accor que ce projet devait être réalisé. Après de longues négociations, les trois associés se sont retrouvés à Fès en mars 2002 pour annoncer la construction du premier Novotel du Maroc. L'établissement devait offrir 150 chambres, dont 12 suites, et permettre de créer quelque 120 emplois permanents. Destiné à une clientèle d'affaires standardisée, il serait doté d'un centre de conférences, de deux restaurants et un bar, d'un fitness et d'une piscine. A ce jour, le terrain, qui devait abriter la structure, en bas de l'avenue Hassan II sur place de la Résistance, est toujours nu. Et pour cause, “la situation du secteur touristique n'a pas permis de se lancer dans un investissement de 80 millions de DH. A Fès, nous n'avons pas du tout de visibilité et aucune action concrète n'a encore été entreprise. Au fait, nous sommes dans l'expectative”, explique Marc Thépot, le directeur général des opérations du groupe Accor au Maroc.D'importantes décisions destinées à relancer Fès ont été annoncées lors d'une réunion à Rabat avec le ministre du Tourisme. En effet, la mise en place de produits marketing et l'amélioration de la desserte aérienne figuraient dans le plan de sauvetage de la capitale spirituelle. Peu de temps après cette rencontre, la guerre en Irak a démarré suivie des attentats du 16 mai à Casablanca, ce qui a de nouveau plongé le secteur dans une crise sans précédent, font remarquer de nombreux professionnels. “Tout ce qui a été imaginé pour redresser le tourisme à Fès est donc resté à l'état d'intention”, note Thépot. En jetant un coup d'oeil à l'état actuel des chiffres, on s'aperçoit que la situation est effectivement peu florissante. En 2002, le nombre de nuitées à Fès avoisinait les 550.000, soit 13% de moins qu'en 2001. Même constat du côté des arrivées qui sont en baisse constante. Pour le premier semestre 2003, les nuitées et les arrivées ont baissé de 7% par rapport à la même période de l'année précédente. Quant au taux d'occupation, il est aussi en régression. De janvier à juin 2002, il atteignait 41% alors que pour cette année, il ne dépasse pas les 32%.Pour sauver les meubles, le groupe Accor a déjà prévu une stratégie. Il s'agit de se regrouper avec tous les hôtels cinq étoiles de la ville pour financer une force commerciale commune auprès des marchés émetteurs. Concrètement, le directeur du groupe Accor pense à créer une plaquette commune sur les différents produits de la ville. D'ailleurs, Accor compte beaucoup sur l'extension du golf à 18 trous qui aidera énormément à la commercialisation de la capitale spirituelle. Autre idée pour faire redémarrer le tourisme serait de financer ensemble des éductours. Thépot avoue même avoir déjà entamé des contacts avec KTH (propriétaire de l'hôtel Mérinides à Fès) pour démarrer un travail de coopération commerciale.De notre correspondante, Mouna KHAMLICHI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc