×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Fédération PME: Hammad Kassal, président pour 3 ans

Par L'Economiste | Edition N°:1563 Le 17/07/2003 | Partager

. Au total, il a récolté 49 voix sur 73 . Relâchement de la pression fiscale, régionalisation, proximité… Les axes de son programme Le duel Kassal/Belmaâchi pour la présidence de la Fédération des PME/PMI de la CGEM n'a pas été aussi chaud que celui de juin dernier entre Hassan Chami et Adnan Debbagh. Hammad Kassal a récolté 49 voix sur un total de 73.Juste avant le vote, les deux candidats se sont adressés une dernière fois à l'assemblée élective. Belmaâchi était le premier à prendre la parole, ordre alphabétique oblige. Il a tenu principalement à justifier les raisons de son désistement lors des dernières élections à la présidence de la Confédération: «Pour des considérations strictement militantes», dira-t-il. Mais il n'a pas manqué de critiquer le bilan de l'équipe sortante de la Fédération des PME/PMI, et particulièrement la présence «des mêmes personnes» aux commandes. Aujourd'hui, estime-t-il, la priorité est d'étoffer le nombre d'adhérents. Et d'ajouter que les réformes à mettre en place pour les PME/PMI «impliquent une volonté politique forte et une adhésion nationale massive». Proche du président sortant Adnan Debbagh, Hammad Kassal a démarré sa présentation par son parcours professionnel. Doctorat en économie, ex-directeur de cabinet au sein d'un ministère, 15 ans d'expérience professionnelle entre le public et le privé en plus de son activité à Taza (torréfaction de fruits secs et production de l'huile d'olive extravierge).Pour rappel, le nouveau président n'est autre que le vice-président de l'équipe sortante de la Fédération. Il est l'un des membres fondateurs de la Fédération PME-PMI.Pour répondre aux critiques de Belmaâchi, Kassal rétorque que «c'est de la polémique d'avancer que le bilan de l'équipe sortante est négatif». Quant à son programme, il met en avant l'amélioration de l'offre des services de la PME. S'ajoutent la proximité par la création de réseaux de compétences à travers des associations et la régionalisation.La fiscalité fait également partie de ses priorités. Selon le nouveau président, la patente est anti-économique. «Nous n'avons pas à financer des chambres de commerce politisées». De même, il prône le relâchement de la pression fiscale.Pour la première fois dans l'histoire de la Fédération (elle a été créée il y a 7 ans), une assemblée générale sera tenue tous les trois mois afin de superviser l'état d'avancement des travaux de la Fédération, a promis Kassal. La communication figure à son tour parmi les axes de Kassal. Un portail de la Fédération sera bientôt lancé.Après les résultats du vote qui ont eu lieu en fin d'après-midi, l'accolade entre les deux candidats a détendu l'atmosphère. «Je ne souhaite pas bon vent à Kassal mais beaucoup de courage», a lancé Belmaâchi, faisant référence à la déclaration de Debbagh après sa défaite lors des élections de la CGEM (www.leconomiste.com). «Mon objectif est de faire de la Fédération un outil de développement et de proximité», a déclaré le nouveau président lors de son discours d'investiture. Pour lui, la Fédération est appelée à «devenir un outil de concertation, de modernisation et de démocratie de l'entreprise».Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc