×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Faudel: Nouvel album en mars

    Par L'Economiste | Edition N°:2926 Le 23/12/2008 | Partager

    . Un concert en février à DakhlaFaudel, star du raï, se trouvait la semaine dernière au Maroc. Non pas pour donner un concert, mais pour la bonne cause. Il a été en effet sollicité pour participer à la soirée Sidaction. - L’Economiste: Quel est le message que vous avez tenu à passer à l’occasion du Sidaction?- Faudel: J’ai été sollicité pour participer à cette journée de solidarité. Je suis très content que cette maladie ne soit plus un tabou au Maroc.Les atteints du VIH sont des malades comme les autres. Les artistes sont là pour inciter les gens à donner, car chaque DH compte pour soutenir ces malades. J’avais déjà participé au Sidaction en France par la chanson «Sa raison d’être» dédiée spécialement aux malades. Cela aide à populariser la solidarité. J’ai choisi donc deux chansons, «Tellement je t’aime» et «Je veux vivre», car je pense qu’il ne faut pas beaucoup dramatiser. De même, je pense que la perception des malades a évolué. J’étais très jeune lorsqu’on a commencé à parler de cette maladie. Au début, c’était très péjoratif. Il y avait beaucoup de préjugés. Il ne fallait se rapprocher des porteurs du VIH, ni les saluer. Il y avait vraiment une discrimination à l’égard de ces gens. Et je me rappelle, en France, du geste de Clémentine Célarié qui a embrassé un porteur du VIH lors d’une émission. C’était spontané et ça a eu un effet très positif. - A part votre participation au Sidaction, y a-t-il des spectacles en vue?- Non, je suis là pour la solidarité, mais je reviendrai au Maroc fin février 2009. Cette fois-ci ce sera pour le festival de Dakhla. J’aime beaucoup cette ville dont le paysage rassemble Sahara et mer. Et j’ai hâte de retrouver son public assoiffé du raï. C’est une musique que les Marocains apprécient beaucoup. D’ailleurs, il n’y a qu’à voir le nombre de spectateurs qui répondent présent aux spectacles des chanteurs du raï, que ce soit Khaled, Mami ou Bilal. - La sortie de votre prochain album est prévue pour mars 2009, quelle en sera la nouveauté?- Effectivement, on a fixé la sortie de l’album pour mars, mais une première chanson sera diffusée avant cette date. Pour la nouveauté, après le succès de «Tellement je t’aime», je ne voulais pas user mes funs par ce style. C’est pourquoi j’ai décidé de faire un album radio-raï. L’idée est de reprendre de vieilles chansons, fouiller dans le patrimoine. Propos recueillis par T. H. & A. E.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc