×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Exposition interactive à l’espace Actua

    Par L'Economiste | Edition N°:2770 Le 06/05/2008 | Partager

    . Un écran de 8 mètres diffuse un flux de personnes racontant leur vécu à Casablanca . Dix jeunes artistes marocains ont tourné et édité les imagesAttijariwafa bank organise l’exposition «Sensible map, de la géographie urbaine aux lieux du silence», jusqu’au 23 mai, au siège de la banque, à l’espace d’art Actua. L’objectif est de soutenir les jeunes artistes contemporains marocains, indique Ghita Triki, directrice de l’action culturelle au sein de la banque. Dix jeunes artistes, sélectionnés suite à un appel à candidature, participent à cette exposition. Celle-ci propose de plonger dans l’univers virtuel d’un environnement vidéo interactif sollicitant la participation active du public. Elle est caractérisée par une projection en sons et images sur le territoire local, les habitants de Casablanca, leurs traditions et leurs mémoires, pour dessiner au final «une carte géographique de l’invisible» de la ville, née des regards échangés, des expériences et des sentiments de ses citoyens. Cette projection de 8 mètres de long accueille un flux de personnes qui déambulent tranquillement dans un contexte architectural typiquement marocain. Les personnages racontent des histoires dédiées à la manière d’habiter les lieux symboliques et affectifs. Avec l’objectif d’offrir une vision inédite, à la fois fantastique et vraisemblable, des complexes entrecroisements du tissu urbain de la métropole de Casablanca. De ce fait, une sorte de «carte géographique sensible» a été créée. Elle est le fruit d’un relevé émotif, permettant de traverser une ville qui reste familière mais rénovée dans sa vision. «Faire émerger le côté invisible d’une ville qui naît d’histoires de vie, de l’épaisseur des mémoires, d’imaginations condensées plutôt que d’un regard de surface, tel est l’objectif de l’exposition», indique encore Triki. Cette exposition intéractive permet aux visiteurs d’interrompre un passant avec un simple geste de la main. Interpellé, le personnage s’adresse au visiteur en lui racontant une brève histoire, un air chanté ou un souvenir. Suite à cette interaction, le personnage continue son chemin, immergé dans le flux des passants. Toutes les images ont été tournées et éditées par les 10 candidats sélectionnés, sous l’encadrement du studio italien Azzurro. Au moins 25 personnes ont été interviewées, filmées en studio mais aussi dans les lieux décrits durant les récits. A noter que cette manifestation entre dans le cadre du projet Interactions, qui consiste en un cycle d’ateliers de création contemporaine reliée aux nouveaux médias, s’adressant à de jeunes artistes. Ces ateliers sont encadrés par des artistes étrangers expérimentés.Nadia BELKHAYAT

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc