×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Explorations pétrolières
Le rush des sociétés internationales

Par L'Economiste | Edition N°:1772 Le 20/05/2004 | Partager

. Près de 17 firmes conduisent des travaux de recherche au Maroc. Leur nombre est appelé à s’accroître. Déjà, trois concessions d’exploitation et une quatrième en cours d’attributionLe Maroc serait-il devenu l’eldorado de l’or noir? En tout cas, la déferlante des sociétés pétrolières sur le Royaume laisse présumer de bonnes perspectives dans ce sens. Au jour d’aujourd’hui, elles sont 17 sociétés qui effectuent des travaux de recherche au Maroc. Mieux encore, les travaux de forage ont bel et bien commencé dans plusieurs sites tels que celui au large d’Essaouira. Actuellement, 15 accords sont en cours de validité et gèrent un domaine minier en association avec des partenaires nationaux et internationaux. Ceux-ci couvrent 3 concessions d’exploitation d’une superficie totale de 17,95 km2, “une quatrième concession est en cours d’attribution”, apprend-on auprès de l’Office national de la recherche et de l’exploitation pétrolière (ONAREP). Ils sont, ainsi, près de 72 permis de recherche d’une superficie totale de 122.975,45 km2 dont 100.278,30 km2 en offshore, 22.697,15 km2 en onshore qui ont été attribués. En outre, 4 contrats de reconnaissance d’une superficie totale de 231.722,00 km2 ont été signés. Ils couvrent 231.498 km2 en offshore et 224 km2 en onshore.Suite aux manifestations d’intérêt, visites et demandes de documentation faites par plusieurs sociétés, “d’autres accords pétroliers et contrats de reconnaissance sont en cours de négociation sur diverses zones onshore et offshore”, ajoutent les responsables de l’Onarep. Selon eux, l’installation des mastodontes étrangers qui se sont implantés aussi bien dans l’onshore que l’offshore, “aura pour effet d’accélérer les recherches et de promouvoir les gisements nationaux auprès d’autres grands pétroliers. Ces accords s’inscrivent dans une stratégie globale initiée par l’Onarep afin d’associer des compagnies pétrolières internationales au programme de valorisation et d’exploitation des hydrocarbures marocains. Ce qui laisse présager qu’un important travail de promotion attend l’Office national des hydrocarbures et minier (ONHYM), produit de la fusion entre l’Onarep et le Bureau de recherche et de prospection minière (BRPM). Cette nouvelle entité aura pour mission de poursuivre la campagne de promotion du potentiel pétrolier auprès des sociétés internationales afin d’intensifier la recherche pétrolière dans le pays mais aussi piloter les projets d’études déjà lancés et qui visent la réalisation des programmes d’exploration inscrits dans l’agenda 2002 et 2003.Toujours est-il, la multiplication des accords signés entre l’Onarep et les grands groupes pétroliers internationaux démontre tout l’intérêt que portent ces sociétés pour le Maroc. Mais du côté de l’Onarep, l’optimisme n’est pas sans cacher une raisonnable prudence. Selon les responsables de cet office, “ces accords signifient que les entreprises en question, et qui ont une longue expérience derrière elles dans ce domaine, ont eu un nombre d’indicateurs favorables qui les poussent à forer des puits”. En tout cas, et même si le puits se révèle sec, “cela ne signifierait pas que les investissements engagés dans la prospection soient perdus pour autant. Car les informations que leur révèle la prospection peuvent très bien aider à passer à une autre recherche”, tient à préciser un spécialiste. De plus, les firmes auront à ce moment assez d’indicateurs pour continuer ou non leurs explorations. Ainsi, les nombreux accords qui ont été signés ces dernières années “ne sont pas à qualifier de découvertes”, explique-t-il. Et d’ajouter: “Il s’agit tout au plus d’interprétation de données pouvant aboutir à des découvertes”. Au cours de l’année 2003, deux contrats de reconnaissance ont été signés entre l’Onarep et des firmes pétrolières pour des recherches sur le sol marocain. Il en est ainsi du permis de recherche qui a été attribué en février dernier au groupe américano-canadien, formé de trois entreprises seniors. Celles-ci sont spécialisées dans l’exploration et l’exploitation de pétrole et de gaz. L’accord d’exploration qui a été signé le 25 février, porte sur deux permis “onshore” dans les régions de Maâmoura et Moulay Bousselham. Un autre accord, moins récent, a par ailleurs été signé entre la société malaisienne Petronas et l’Onarep en janvier dernier. Cet accord permettait à Petronas, après deux années de travaux de reconnaissance, de pousser ses recherches plus loin sur la zone offshore “Rabat-Salé haute-mer”. Ainsi, 8 permis d’exploration et de recherche pétrolière ont été accordés à la société. Les travaux d’exploration des sites s’étaleront sur une période de huit ans répartie en plusieurs étapes.Rappelons que 2002 a été une année faste pour l’Onarep, qui a conclu une quarantaine de contrats de reconnaissance et d’accords pétroliers dont quelques-uns avec des majors comme TotalfinaElf ou encore Shell. Quoiqu’il en soit, le programme d’exploitation et de forage poursuit son cours. Et même si c’est le pétrole qui focalise le plus l’attention de l’opinion publique, il importe de rappeler que d’autres travaux de forage, non moins important, sont entrepris dans les mines.


Concession

La loi sur les hydrocarbures définit les gisements d’hydrocarbures comme un domaine public faisant partie du patrimoine de l’Etat. Les frais d’investissement et d’exploration sont à la charge des sociétés pétrolières. La commercialisation éventuelle des produits issus des forages est en revanche concédée à la société investigatrice à hauteur de 75%, l’Etat, quant à lui, ne touche que 25%. Cette concession ne peut excéder la durée de 25 ans. Naoufal BELGHAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc