×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Agenda

    Energie: Les économies par l'optimisation des installations

    Par L'Economiste | Edition N°:57 Le 10/12/1992 | Partager

    Actuellement, il existe une grande préoccupation en ce qui concerne l'utilisation rationnelle de l'énergie au niveau international. Les pays y accordent plus ou moins d'importance, selon leur dépendance extérieure pour l'approvisionnement en matières premières énergétiques. Economiser l'énergie est fondamental, tant au niveau privé, de par l'incidence directe sur les coûts de production, qu'au niveau public, de par la sortie de devises. Au début des années 70, le groupe espagnol "L.V. Salamanca Ingenieros S.A." commence à faire des recherches et à développer des techniques ayant pour objectif l'économie d'énergie, obtenant des résultats très positifs. Aujourd'hui, 20 ans plus tard, et après avoir réalisé quelques milliers d'études sur les exploitations énergétiques, il dispose d'une technologie avancée dans ce domaine, comptant parmi ses projets d'expansion le développement de ses activités au Maroc. Ces dernières années, seulement 30% des installations électriques espagnoles étaient en conditions acceptables, du point de vue de leur exploitation et de leur rendement. Il a été nécessaire de réaliser quelques milliers d'études sur différents types d'installations pour pouvoir poser le problème et proposer des solutions. Les pertes d'énergie électrique se produisent durant la génération et le transport de celle-ci, dans la transformation et réseaux de basse tension des usagers, dans les systèmes de maintenance employés. Les causes en sont: des mauvais réglage des charges, des défauts ou de l'absence de système d'automatisation et de contrôle, ou d'une mauvaise qualité des isolations thermiques, etc. En général, une mauvaise exploitation énergétique est due à une installation inadéquate et à sa mauvais utilisation. Les installations n'atteignent pas le point optimal désirable pour obtenir leur rendement maximum, et ceci à cause de certains défauts, soit dans le projet ou dans l'ingénierie, soit dans le concept même de la manière de faire ce projet, qui ne tient pas compte de la philosophie consistant à concevoir les installations en fonction de la meilleure économie d'énergie possible.

    La nécessité d'utiliser l'énergie disponible était et reste déterminante pour le développement. Mitiger ou limiter son utilisation implique une stagnation, pour ne pas dire un retour en arrière, dans le processus de développement d'un pays. De ce fait, on ne peut parler d'utiliser moins d'énergie, mais d'utiliser adéquatement l'énergie nécessaire. Ne pas limiter ses utilisations, mais augmenter ses rendements.

    La nature elle-même utilise l'énergie disponible. Les processus qui se produisent à un rendement énergétique maximum sont les processus naturels, puisqu'ils sont tous régis par loi de l'effort minimum. Ainsi, par exemple, la rivière forme son lit dans les plans des niveaux les plus bas, constituant le chemin le plus facile pour arriver à la mer. De l'union d'un électron avec un proton pour former un atome d'hydrogène, jusqu'à la formation des molécules les plus complexes, comme les protéines et les acides nucléiques ou la naissance de plantes, animaux et hommes, l'infinie variété et complexité de tous les processus se réalisent en accord avec la loi du rendement énergétique maximum. L'analyse de tous les processus évolutifs naturels nous montre qu'il existe dans ceux-ci un paramètre de connexion, qui explique comment chaque processus est la cause du suivant et l'effet de l'antérieur (voir les lois de physique, chimie ou biologie). De même, il existe un paramètre d'ordre maximum. L'ordre doit justifier que l'implantation d'un processus particulier est motivée par le contexte général et que la qualité technique des éléments productifs et leur utilisation sont les maxima possibles. La connexion doit nous expliquer, de façon cohérente, la nécessité sociale du processus en question, et que celui-ci est la conséquence d'un processus antérieur et va donner lieu à un processus ultérieur qui le dépassera. Tous les efforts qui s'effectuent en vue d'élever à leurs expressions maxima ces paramètres détermineront des économies énergétiques considérables.

    Antonio Léon Millàn

    Directeur du Département d'Energie

    L.V. Salamanca Ingenieros S.A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc