×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    En bref

    Par L'Economiste | Edition N°:59 Le 24/12/1992 | Partager

    Bill Clinton annonce sa politique industrielle

    Une opinion commune s 'est formée pour dire que le futur président des Etats-Unis, Bill Clinton, "maîtrise les sujets socio-économiques les plus complexes". Il s'apprête à résoudre de grands dilemmes dont la difficulté de concilier relance et réduction de déficit budgétaire.

    Il envisage la réduction des dépenses de la santé qui pèsent lourdement sur lé budget de l'Etat et des entreprises au profit d'investissements en ressources humaines. Il centre ainsi son intérêt sur l'éducation et la formation des salariés pour leur permettre de se faire valoir dans un environnement en perpétuel changement. Toute cette politique s'inscrit dans le cadre d'un plan de relance dont le montant n'a pas été déterminé. Bill Clinton ne sait pas combien il faut injecter dans l'économie. Certains estiment l'injection à 60 milliards de Dollars sur deux ans, tandis que d'autres avancent 20 ou 30 milliards. Le gouvernement américain pourrait par ailleurs concevoir une nouvelle taxe sur l'essence

    La relance, selon le directeur du FMI

    Selon le directeur général du F.M.I. M., Michel Camdessus, l'Europe devrait promouvoir la croissance économique au même titre que les USA et les pays du Tiers-Monde. Pour contrecarrer la récession qui affecte l'économie européenne, M. Michel Camdessus préconise, d'une part, la réduction des taux d'intérêt jugés inflationistes, la poursuite des réformes structurelles pour rendre plus flexible le marché du travail et la suppression de tout ce qui va à l'encontre de l'expansion économique. D'autre part il est question de rétablir la crédibilité du système monétaire européen qui "n 'est pas un régime de taux de change fixe'', mais s'inscrit dans une phase de transition vers l'union monétaire entravée, jusqu'à présent, par les divergences relevées dans les politiques poursuivies dans les différents pays. Il s'agit selon le Fond Monétaire International de poursuivre la "stratégie à moyen terme" qui met en jeu la politique monétaire, la politique budgétaire, la coopération internationale et la promotion de la productivité et de l'emploi.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc