×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Emploi et Carrière
    La CDT déclenche le gros des grèves en novembre

    Par L'Economiste | Edition N°:2925 Le 22/12/2008 | Partager

    . Dix huit grèves pendant que le dialogue social se poursuit. L’industrie, le secteur le plus touchéNon respect du code du travail, amélioration des conditions de travail, paiement des salaires, licenciements… ce sont les éternelles causes des conflits dans les entreprises. Elles sont aussi à l’origine des 18 grèves déclenchées au mois de novembre. Du moins selon les dernières statistiques du ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle. Le dialogue social a certes repris en octobre dernier et des commissions ont été mises en place pour tenter d’avancer sur différents chantiers. Mais certaines d’entre elles sont boycottées par le patronat. C’est le cas par exemple de la commission liberté syndicale au sein de laquelle les syndicats refusent de discuter du code du travail. La Confédération refuse aussi de se joindre à la commission amélioration des salaires jugeant que les questions salariales ont été tranchées en avril dernier lors du 1er round du dialogue social. En revanche, elle participe aux réunions de la commission conflits collectifs. Celle-ci a retenu quatre axes de travail dont la résolution des conflits collectifs, le contrôle de l’application du code du travail ainsi que l’application du Smig, soit les éternels points à l’origine des conflits au sein de l’entreprise. Pour le mois de novembre, l’industrie est le secteur le plus touché avec 11 grèves. Viennent ensuite les services et l’agriculture avec respectivement 2 et 4 conflits. Même si elles sont peu nombreuses, ces grèves mobilisent du monde. En tout cas, dans l’agriculture, les quatre mouvements menés ont connu l’adhésion de 726 personnes contre 951 dans l’industrie. Depuis juillet 2008, les salariés de l’agriculture ont droit aux allocations familiales du moins pour ceux qui répondent aux conditions de stage et justifient d’un salaire minimum. Une situation qui a poussé pas mal de salariés de ce secteur à réclamer plus de transparence et une augmentation de leur salaire. D’ailleurs, durant les trois derniers mois, ce secteur a enregistré le même nombre de conflits. Les grèves ont été surtout déclenchées dans les entreprises agricoles dont les effectifs varient entre 101 et 205 et celles qui emploient plus de 251 personnes. D’une durée moyenne de 5 jours, les conflits collectifs se sont soldés par la perte de 11.071,5 journées de travail contre 13.372 au mois d’octobre. Ils ont été provoqués par les centrales syndicales. La Confédération démocratique du travail (CDT) est derrière 9 grèves contre 8 pour l’UMT et une pour l’UGTM, syndicat en perte de vitesse depuis quelques mois. Il n’est pas le seul dans cette situation. La CDT perd également du terrain mais «s’agite» pour s’attirer des adhérents. Le dispaching par région relève que Casablanca a concentré le plus grand nombre de grèves (38,89%), suivie par la région d’Agadir (27,78%) ainsi que Doukkala Abda (11,11%). Khadija MASMOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc