×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Emploi et Carrière
    Brèves

    Par L'Economiste | Edition N°:2925 Le 22/12/2008 | Partager

    . Salariés migrants: Mise en garde de la CSIA l’occasion de la journée internationale des travailleurs migrants le 18 décembre, la CSI (Confédération syndicale internationale) a lancé une mise en garde contre la tentation de s’en prendre aux travailleurs immigrés. «Le mouvement syndical international est très attentif à ce que les réponses à la crise financière et économique actuelle ne soient pas élaborées au détriment des droits fondamentaux des travailleurs migrants», avertit Guy Ryder, secrétaire général de la CSI. Dans le contexte de pertes d’emploi massives, ces derniers, généralement confinés dans les secteurs les plus précaires et les moins protégés, sont en première ligne face à la crise économique et financière. Des répercussions importantes sont aussi à craindre pour les familles dans les pays d’origine dont la survie repose grandement sur les transferts de fonds des immigrés.«La recherche d’une solution à la crise financière mondiale doit se faire en garantissant plutôt qu’en restreignant la mobilité des personnes», avait déjà averti Sharan Burrow, présidente de la CSI, au 2e Forum mondial sur la migration et le développement (FMMD) à Manille en octobre dernier. Se souvenant des retombées dramatiques pour les migrants de la crise financière asiatique de 1997 qui s’était traduite par la brutale expulsion de nombreux travailleurs migrants, le mouvement syndical international est très attentif à ce que les mêmes erreurs douloureuses pour les migrants ne soient pas reproduites et à ce que les migrants soient, à l’inverse, considérés comme des acteurs à part entière des politiques socio-économiques dans les pays d’accueil que d’origine. . Monnayer la réduction de ses délais de paiement, c’est possible!A partir du 1er janvier 2009, les délais de paiement vont devoir être réduits à 45 jours fin de mois ou 60 jours calendaires (jours calculés à compter de la facturation) dans la réglementation française. Selon les services de la concurrence( la puissante Direction générale de concurrence et de la répression des fraudes à Bercy), les distributeurs seront en droit de monnayer auprès des fournisseurs la réduction des délais de paiement qui leur est ainsi imposée par la loi.Le nouveau plafond légal s’applique à tout producteur, commerçant, industriel ou artisan, à l’exclusion des non-professionnels. Toutefois, certains secteurs demeurent soumis à des délais spécifiques : 30 jours pour le transport de marchandises et 20 ou 30 jours selon les produits alimentaires périssables. Les délais de 75 jours pour certaines boissons alcooliques ont été ramenés à 60 jours ou 45 jours fin de mois.. Baisse de moral annoncée chez les cadresDans sa dernière enquête annuelle réalisée auprès de cadres issus du middle management, le groupe Accenture décrypte l’état d’esprit des cadres dans un contexte marqué par l’incertitude. Si face à la crise, les cadres restent globalement satisfaits de leur situation professionnelle, des améliorations demeurent possibles, voire nécessaires. La satisfaction face à leur situation professionnelle est toute relative. S’ils sont 84%, au niveau mondial, à se révéler comme tels, de sérieuses disparités apparaissent entre les différents pays. C’est du moins ce qu’avance l’étude menée par Accenture auprès de 2.830 cadres intermédiaires issus de 22 pays, entre septembre et octobre 2008. Par exemple, avec 20 % de cadres insatisfaits, la France se positionne en 3e position en termes de mécontentement, derrière le Japon (37 %) et le Royaume-Uni (21%). Parmi les sources de mécontentement évoquées par les cadres français : un niveau de rémunération trop faible (62%) et un manque certain de perspectives de carrière (50 %). Ici encore, la France se situe nettement au-dessus de la moyenne. De là à mettre tout cela sur le dos de la crise, il n’y a qu’un pas. . Nomination à Renault MarocRégis Picot vient d’être nommé directeur réseau à Renault Maroc, en remplacement de Mahfoud Benamghar, parti à la retraite après 31 ans d’ancienneté dans l’entreprise.Agé de 53 ans, Régis Picot est diplômé de l’Ecole supérieure de commerce de Reims. Affecté, en 1983, à la succursale d’Argenteuil de Renault, il devient, deux ans plus tard, adjoint au directeur marketing de Renault Pays-Bas, puis, directeur général de Renault La Réunion. A partir de 1992, il occupe différentes fonctions au sein de la direction commerciale France: chef du service couverture territoriale, conseiller développement réseau à la DR de Paris, directeur de la succursale de Toulouse, puis de Cannes. En 1999, il rejoint Renault do Brasil en tant que directeur de l’ingénierie réseau. En avril 2003, il est nommé directeur de la qualité du service au client à la direction commerciale de Renault s.a.s. Et depuis janvier 2007, il occupe la fonction de directeur après-vente et qualité de service chez Renault Maroc. L’affectation deviendra effective à partir du 1er janvier 2009.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc