×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

El Jadida: La capacité litière se renforce

Par L'Economiste | Edition N°:2842 Le 18/08/2008 | Partager

. Deux projets hôteliers et une dizaine de maisons d’hôtes à la Cité Portugaise . Marhaba toujours en cours d’apurement foncier Ce n’est pas encore le grand envol pour l’industrie hôtelière dans la capitale des Doukkala. Et en considérant ses potentialités, la capacité litière de la région est encore très modeste en comparaison avec les grandes villes touristiques du Royaume. En matière d’infrastructures hôtelières actuelles, la ville dispose des hôtels Ibis et El Morabitine (trois étoiles), du Provence, Royal et Oscar (deux étoiles), Andalous et El Khansa (une étoile) et une vingtaine d’autres non classés. Ces unités offrent un total de 660 lits classés et de 400 non classés. Ajoutez à cela les 250 emplacements du camping de la ville et de quelques maisons d’hôtes offrant une quarantaine de lits. Des projets d’hôtels sont en cours de finalisation. Des investisseurs français ont repris en main l’hôtel Marhaba (ou Marah) qui était en cessation d’activité depuis des années (cf.www.leconomiste.com). Le site s’étend sur près de 5 ha en front de mer. Il est prévu d’aménager un hôtel haut de gamme composé de 16 suites de 43 lits, de 11 dars de 100 lits, de 30 douiria de 240 lits et de 32 douiriates de 128 lits. Deux restaurants panoramiques, un spa, une salle de conférences et un club-house sont au programme. Le projet est étudié pour des investissements de l’ordre de 280 millions de DH et générera à terme une centaine d’emplois directs, signale Noureddine Sridi, délégué du tourisme. Malheureusement, les promoteurs butent encore sur des procédures d’apurement du foncier. La régularisation de la situation est en cours. Et les travaux de reconstruction devront bientôt démarrer, est-il indiqué. Si l’hôtel Marhaba renaît de ses cendres, il n’en est pas de même pour l’hôtel Doukkala, situé juste en face. L’établissement est fermé pour mauvaise gestion depuis plus de 6 ans. Il est lui aussi construit dans une zone touristique de près de 4 ha de superficie. L’hôtel avait été cédé à un opérateur saoudien (Abou Al Jadail) dans le cadre de la privatisation. Des investisseurs ont manifesté leur intérêt pour la reprise de l’établissement mais sans résultat. Et la municipalité tarde encore à entamer des procédures d’expropriation, selon la loi, pour non-respect des clauses du cahier des charges du ministère des Finances et de la Privatisation.D’autre part, deux promoteurs privés projettent la construction de 2 nouveaux hôtels de 2 et 3 étoiles. Le premier est prévu sur la route de Marrakech pour 20 millions de DH. Alors que le 2e hôtel sera construit avenue des Nations Unies à côté de l’école hôtelière pour près de 30 millions de DH. Selon le cahier des charges, ce dernier garantira une centaine d’emplois permanents. La Cité Portugaise, classée patrimoine mondial, attire de nombreux investisseurs étrangers. Actuellement, ce sont 10 projets de maisons d’hôtes qui sont en cours de réaménagement ou de classement à l’intérieur de la ville historique (la majorité des investisseurs étrangers sont des Français, des Suisses ou des Allemands). De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc