×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Des solutions pour relancer l'habitat

Par L'Economiste | Edition N°:612 Le 08/10/1999 | Partager

· L'investissement dans le secteur est tributaire de la baisse des impôts

«La promotion de l'habitat, vecteur de la relance économique», c'était le thème de la conférence-débat organisée par l'UGEP (Union Générale des Entreprises et Professions) tenue jeudi 30 septembre dernier à Casablanca.
Les intervenants ont présenté un schéma d'ensemble sur le secteur et proposé de nouvelles pistes pour le faire redémarrer.
L'habitat connaît depuis une dizaine d'années une profonde crise due en partie à une fiscalité trop lourde et à un cadre réglementaire complexe et incomplet. Ainsi, de nombreuses contraintes l'empêchent d'évoluer.
L'aspect fiscal a été soulevé par M. Rachid Lazrak, professeur universitaire et spécialiste de la fiscalité. «Les promoteurs immobiliers doivent payer 17 taxes à l'Etat, ce qui est énorme. Ce secteur ne bénéficie d'aucun avantage fiscal, alors que d'autres secteurs comme le tourisme, l'artisanat ou les mines sont favorisés», explique-t-il. Il a insisté sur le fait que la fiscalité ne devrait pas être uniquement un moyen de renflouer les caisses de l'Etat, mais aussi et surtout un moyen de créer un cadre incitatif pour le développement économique de la société. Selon lui, «il faut créer la confiance chez le promoteur, stabiliser les textes réglementaires, organiser le secteur et mettre en place une politique de logement à long terme».
Parmi les solutions proposées par M. Naïm Guessous, expert en construction et bâtiment, figurent notamment la levée du gel des nombreux terrains par des mesures réglementaires, la réalisation d'infrastructures de base préalablement à toute opération d'urbanisation et la résorption systématique des bidonvilles et de l'habitat précaire.
Il préconise aussi le développement des filières de formation en promotion immobilière, la restructuration des entreprises artisanales et la sensibilisation à la conformité aux normes de sécurité internationales. Par ailleurs, il appelle à la mise en place d'un marché hypothécaire secondaire dans les plus brefs délais. De plus, M. Guessous prône l'instauration de produits de bancassurances afin de réinjecter de l'argent sécurisé dans le secteur.
En matière législative, il est urgent d'accélérer l'adoption des textes et créer un cadre réglementaire destiné à sécuriser les professionnels du secteur, assure-t-il.
De son côté, Moulay Cherif Tahiri, directeur de la Promotion Immobilière au Secrétariat à l'Habitat, appelle les professionnels à s'organiser pour constituer l'interlocuteur unique représentant l'ensemble des acteurs du secteur. Il les encourage à participer aux commissions prévues le plan quinquennal 1999-2003.


Quelques chiffres


· Le manque de logements s'élève à environ un million d'unités
· L'autoconstruction touche 80% des projets
· L'autofinancement concerne 80% des projets
· Près de 80% des logements sont construits sans respecter les normes de sécurité internationales
· L'investissement global du secteur avoisine 16 milliards de DH par an
· Le CIH ne finance que 2 milliards de DH tous les ans
· Près de 10.000 hectares de terres doivent être urbanisés.

Nadia BELKHAYAT

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc