×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Des microcaméras made in Morocco

    Par L'Economiste | Edition N°:2782 Le 22/05/2008 | Partager

    . La filiale de MedZ, Nomotek, produira dès 2009 Tout est allé vite. Trop vite. Il y a un an à peine, MedZ entamait les premières discussions avec Tessera, société californienne installée dans la Silicon Valley, pour un partenariat d’affaires. A l’arrivée, un contrat de transfert de technologie et d’exploitation d’une licence de fabrication de microcaméras. Nomotek, fruit de ces discussions, est «le projet le plus ambitieux du Maroc, en ce sens que c’est le plus challenging». C’est la première compagnie au monde à disposer des licences des technologies OptiML technology et ShellCase RT technology, développées par Tessera. Grâce à ces solutions, Nomotek assurera des services d’emballage de capteurs d’image, la conception de modules d’appareils photo et le montage d’équipements tels que les téléphones et les ordinateurs portables.Son administrateur directeur général en parle avec délectation, tant Nomotek procède d’un concept différent de la tradition industrielle au Maroc. Mohamed Lasri veut le défi. A terme, il s’agira d’une unité de production technologique capable de concevoir, de fabriquer et de commercialiser des caméras miniatures destinées aux applications téléphones mobiles, automobiles et domestiques. Les premières machines devraient être installées en octobre prochain et la qualification clients dès novembre. Le début de production est prévu au plus tard en février 2009. Cette unité, au cœur du centre de développement technologique de Rabat, Technopolis, fabriquera ces produits sous licence Tessera. Ce qui, pour Lasri, «va assurer le transfert technologique, grâce à deux technologies d’avenir, CSP et WLL». A l’en croire, ces deux technologies vont répondre aux besoins du marché et générer pour son entreprise un chiffre d’affaires de plus de 150 millions de dollars en 2012, soit 1 milliard de DH. Ceci pour un investissement global de 850 millions de DH, dont 90% spar MedZ et le reste par l’américain Tessera. En attendant, les premières vingt recrues sillonnent le monde pour s’imprégner du marché de la microcaméra. Les enjeux technologiques et commerciaux de ce projet sont de taille. Une étude de marché révèle qu’à l’horizon 2011, plus de «80% des téléphones portables seront dotés de caméras et leurs ventes dépasseront 1,1 milliard d’unités». Et les prospectives permettent de croire dans ce marché, estimé actuellement à 250 milliards de dollars. «Les besoins grandissants du marché favoriseront l’obsolescence des techniques actuelles d’assemblage». L’enjeu pour Nomotek est donc de fabriquer des caméras de plus en plus petites, à des coûts de plus en plus réduits, via des process de production assurant une qualité optimale. B. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc