×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Complexe Samanah
    Une filiale pour la gestion locative

    Par L'Economiste | Edition N°:2782 Le 22/05/2008 | Partager

    . 50% des propriétaires intéressés par le time share On ne présente plus Samanah. Le mégacomplexe initié sur 300 ha par le spécialiste français de l’immobilier Alain Crenn à Tamesloht est même en avance sur son calendrier. Pour rappel, Samanah est un projet qui comprend un green de 100 ha signé Nicklaus Design et 3 hôtels avec 1.086 lits à l’horizon 2010. Le tout est adossé à un programme immobilier de 500 villas haut de gamme situées dans la région de Tamesloht pour un investissement total de 2,5 milliards de DH. L’investisseur qui a conclu une convention avec l’Etat en 2005, prévoit l’ouverture de son green en novembre prochain. Par ailleurs, la première tranche de son programme résidentiel sera livrée trois mois plus tard, promet Alain Crenn, lors d’un point de presse tenu à Marrakech, le week-end dernier, réunissant tous les managers du groupe. Pour accompagner son projet résidentiel, le groupe français vient de créer une filiale Samanah Management en association avec un professionnel du tourisme, Robert Reznik, autrefois cheville ouvrière du Club Med et dont le rôle dans l’installation au Maroc de la chaîne hôtelière Accor a été jugé déterminant. Aujourd’hui, il navigue dans d’autres eaux. La structure de Samanah, dans laquelle il est associé, s’apparente plus à un syndic de propriétaires englobant une activité lucrative: la gestion locative des propriétés. «Nous ne voulons pas faire du projet Samanah une station comme Biarritz ou Ibiza, avec des maisons aux volets fermés durant l’ensemble de l’année», défend Reznik. C’est pour cela que la nouvelle structure du groupe devra développer et offrir une gestion de ces propriétés à triple aspect: assurer le syndic, fournir des services à la carte aux propriétaires, invités et locataires. Dans le jargon professionnel, cela revient à «faire la conciergerie». Troisième activité de la nouvelle société, la commercialisation des résidences via des locations. «50% des propriétaires sont intéressés par la location saisonnière de leur résidence», appuie Alain Crenn. Ainsi, deux formules de location sont prévues: une location 26 semaines par an ou encore une formule «patrimoine» où le propriétaire confie la location de son bien durant toute l’année en se réservant six semaines par an. Une formule très proche du time share. Jean Robert Reznik, approuvé par le président du groupe Alain Crenn, estime les recettes locatives moyennes à 8 millions d’euros/an (9,5 milliards de DH). Toutefois, les managers de Samanah Développement ne veulent pas s’avancer sur des taux de rentabilité «abusifs». «Nous préférons garantir un objectif raisonnable de 4% de rentabilité aux propriétaires pour une gestion patrimoine, une fois les charges déduites», insiste ReznikEn aparté, il confie que la rentabilité de Samanah Management pourrait même dépasser celle des 3 hôtels en cours de construction.


    Carte de visite

    Samanah Country Club est le 1er projet réalisé au Maroc par le groupe immobilier français Alain Crenn. Pour assurer le développement et la promotion, le promoteur français a créé une filiale marocaine Maprom qui se charge de la construction et de la commercialisation. Samanah Management est affiliée directement au groupe. Alain Crenn, président, ne cache pas son intérêt pour d’autres projets au Maroc. Mais on le sait: le groupe est en pourparlers pour un projet identique à celui de Tamesloht dans la région d’Agadir. Seulement, l’annonce officielle ne se fera qu’une fois le dossier ficelé.Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc