×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprise Internationale

    Dénouement de l'affaire Perrier

    Par L'Economiste | Edition N°:22 Le 26/03/1992 | Partager

    Après l'annulation, par le tribunal de commerce de Paris, de la cession de l'autocontrôle de Perrier à Saint Louis, soit 13,8% du capital, ce qui représentait pour Nestlé son deuxième succès judiciaire, l'affaire Perrier s'est finalement dénouée.
    Les Agnelli et leurs adversaires Nestlé, BSN et Suez viennent, en effet, de signer Lundi dernier un pacte de paix.
    Après quatre mois de bataille acharnée pour le contrôle du groupe d'eaux minérales, les Agnelli conservent, aux termes de cet accord, la société Exor avec son patrimoine immobilier, château Margaux et sa trésorerie.
    Nestlé, Suez et BSN prennent, de leur côté, le contrôle de Perrier. BSN récupérera ainsi Volvic, comme prévu dès le lancement de l'OPA de Nestlé et Indosuez sur Perrier, le 20 Janvier dernier.
    Un tel partage s'effectue par deux nouvelles OPA: Nestlé et Indosuez offre 1.700 Francs par titre Perrier (contre 1.475 deux mois plus tôt); le groupe Agnelli surenchérit sur Exor en proposant 1.450 Francs par action, en hausse de 8,6% par rapport à sa première OPA.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc