×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Crise financière US
    Fannie Mae/Freddie Mac nationalisés?

    Par L'Economiste | Edition N°:2819 Le 14/07/2008 | Partager

    . Leurs portefeuilles de prêts: 5.200 milliards de dollars!L’administration Bush envisage de placer sous tutelle les deux géants américains du refinancement hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac, très affaiblis par la crise du «subprime», a rapporté vendredi dernier le New York Times, citant des sources proches du dossier.Selon le schéma envisagé par le gouvernement, l’une de ces sociétés ou les deux pourraient être placées sous la tutelle de l’Etat américain, qui assumerait alors toutes les pertes enregistrées par Fannie Mae et Freddie Mac à compter de la prise de contrôle. L’administration étudierait également le vote d’une loi exprimant de manière explicite la garantie de l’Etat aux deux établissements. Cette solution n’aurait néanmoins pas la faveur du gouvernement, car elle équivaudrait à doubler la taille de la dette publique des Etats-Unis, selon le quotidien.Les mêmes sources ont indiqué au New York Times qu’aucune décision n’était imminente et ont affirmé que les deux établissements n’étaient pas en situation de crise.Les deux sociétés sont des «GSE» (Government sponsored enterprises) qui ne sont pas liées formellement au gouvernement mais disposent d’une ligne de crédit garantie par ce dernier, qui les autorise à emprunter de l’argent sur le marché à des taux bien plus faibles qu’une banque ou d’autres organismes de crédit immobilier.Fannie Mae et Freddie Mac ont pour mission de racheter aux banques leurs créances hypothécaires. Les banques dégagent ainsi des fonds propres qui leur permettent d’accorder de nouveaux prêts, contribuant à soutenir le marché immobilier dont une stabilisation est vitale pour relancer l’économie.A fin mai, leurs portefeuilles de prêts atteignaient au total 5.200 milliards de dollars, soit un tiers de la capitalisation de la Bourse de New York et plus d’un tiers du produit intérieur brut américain. Malgré le statut particulier des deux sociétés, qui les protège théoriquement de la faillite, les investisseurs s’en sont massivement détournés ces dernières semaines. Le titre Freddie Mac a encore perdu 22% à la clôture de la séance de jeudi 10 juillet, pour tomber à 8 dollars. Son recul atteint 40% sur la semaine et 75% sur l’année. Fannie Mae a, pour sa part, concédé 12,6% à 13,20 dollars.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc