×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Consommation: Le HCP lance un nouvel indice

    Par L'Economiste | Edition N°:3167 Le 10/12/2009 | Partager

    . L’IPC remplace l’ICV et s’appliquera à partir du 18 décembre . Elargissement de la population de référence et couverture de 17 villes . Mise en place d’un calculateur des prix personnalisé et actualisation du panier de référenceLe HCP vient de révéler le nouvel indice des prix à la consommation (IPC) qui remplacera bientôt l’ICV. Le décret l’instituant a déjà été publié au Bulletin officiel. L’IPC sera appliqué à partir du 18 décembre. Quant aux raisons qui ont poussé le département de Lahlimi à adopter ce nouvel indice, le haut-commissaire au plan explique que «c’est une démarche qui prend en considération les nouvelles mutations. Il s’agit en outre de la disponibilité de données actualisées comme l’enquête nationale sur les revenus et les niveaux de vie des ménages de 2007», note Lahlimi. Autres facteurs invoqués, l’enquête nationale sur la consommation et les dépenses des ménages de 2001 ainsi que le recensement de la population et de l’habitat de 2004. Les innovations introduites par le nouvel indice portent en premier lieu sur l’élargissement de la population de référence. En effet, si l’ICV ne portait que sur la population urbaine avec des conditions de vie moyennes, l’IPC s’entend pour sa part à l’ensemble de cette population. Autre nouveauté: l’élargissement de la couverture géographique. Cette couverture passera de 11 à 17 villes. Dakhla, Settat, Béni Mellal, Guelmim, Al-Hoceima et Safi ont été introduites dans l’IPC. Dans le même sillage, le HCP adopte un nouveau système de classification des biens et services. «Un système en harmonie avec la nomenclature des fonctions de la consommation individuelle utilisée par la commission des statistiques des Nations unies», précise le haut-commissaire au plan. Prenant en compte les changements du mode de consommation des Marocains, le HCP a donc procédé à l’actualisation du panier de référence. Celui-ci se base sur une sélection à partir de données détaillées de l’enquête nationale de consommation et des dépenses des ménages de 2001. Ce nouveau panier comprend 478 produits et 1.067 variétés contre respectivement 358 et 768 pour l’ICV. Ainsi, le HCP introduit une centaine de produits dont le poids s’élève à 6,5%. A ce niveau, Lahlimi a présenté deux échantillons: le loyer et les médicaments.Pour le premier, le HCP a utilisé une base de sondage actualisée, fondée sur l’enquête de la population et de l’habitat de 2004. Il a également procédé à l’augmentation de la taille de cet échantillon. Celui-ci est passé de 2.700 locataires dans l’ICV à 4.777 dans l’IPC.Quant au secteur des médicaments, le déficit d’informations a incité le HCP à réaliser une enquête auprès des distributeurs. Ce qui lui a permis de déterminer les coefficients de pondération des 17 classes thérapeutique retenues. Ainsi, l’échantillon de médicaments a été revu à la hausse. Il est passé de 76 produits dans l’ICV à 200 dans l’IPC.Autre originalité du nouvel indice: la mise en place d’un calculateur de prix personnalisé. L’outil, qui est aussi disponible sur le site du HCP, permet à son utilisateur de calculer un indice personnalisé en modifiant les pondérations des groupes de produits. Il peut ainsi obtenir l’évolution des prix de consommation qui tiennent en compte sa structure de consommation.A noter que pour s’assurer de la validité du nouvel indice, l’on est passé par une phase test qui a duré deux ans. Selon les résultats de cette expérimentation, l’IPC a évolué durant l’année dernière de 3,7% par rapport à 2007 contre 3,9% pour l’ICV. Principale explication: «Cette évolution est la conséquence de la hausse des prix des produits alimentaires et de boissons non alcoolisées qui est de l’ordre de 7,4%. Au cours des dix premiers mois de cette année, l’IPC a progressé de 1,4% (même taux que l’ICV) par rapport à la même période de l’année précédente. Ce qui est attribué principalement à la hausse de 1,9% de l’indice des produits alimentaires et des boissons alcoolisées.


    Méthode de calcul

    C’est la méthode de Laspeyres en chaîne qui a été retenue. Elle permet d’actualiser le panier et les pondérations et de résoudre le problème des produits saisonniers. Les indices sont calculés au niveau de chaque ville et à tous les niveaux de la nomenclature. L’indice national est calculé sur la base des structures de consommation des 17 villes. Par ailleurs, en comparant les évolutions mensuelles de l’IPC et de l’ICV, le HCP a relevé de faibles différences. Ce qui s’explique par la différence des coefficients de pondération, la révision du panier et l’extension de la couverture géographique. Jalal BAAZI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc