×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Consommation

Par L'Economiste | Edition N°:2309 Le 30/06/2006 | Partager

Editorial: Tout est à contrôler

LA viande rouge contaminée constitue un grand problème de sécurité alimentaire qui nécessite d’urgence une approche sérieuse. Si aucun contrôle n’est assuré au niveau des points de vente, aucun opérateur ne se souciera non plus de la réglementation en matière du respect des droits des consommateurs.Suite aux différentes crises alimentaires successives de ces dernières années, les législations ont été revues. Par exemple, les autorités européennes ont empêché l’introduction dans le circuit alimentaire de la viande bovine suspecte. Désormais, le consommateur doit être largement informé sur l’origine de la viande. Celle-ci doit aussi être traçable de manière optimale à tous les stades de la chaîne pour permettre aux instances compétentes d’intervenir rapidement et de manière ciblée en cas de problème.Et pour protéger le consommateur européen contre les risques liés à la consommation de la viande, les informations suivantes ont été imposées:- le pays de naissance de la bête;- le pays où la bête a été engraissée;- le pays où la bête a été abattue, accompagnée du numéro d’agréation de l’abattoir;- le pays où la bête a été découpée, accompagnée du matricule du découpeur;- le numéro du lot.Pour ce qui est de la réglementation marocaine, les textes régissant le secteur sont presque identiques à ceux existant dans les autres pays. Mais, nous souffrons du défaut d’application. Les textes ne sont pas appliqués de manière constante et cohérente. D’ailleurs, la situation que vit le consommateur d’El Jadida en est un exemple. C’est le moment de corriger tout cela. Pour ce qui est de l’étiquetage, aucune trace chez de nombreux bouchers. Interrogés, ces derniers pensent à tort que les obligations en question sont uniquement valables pour les supermarchés ou encore que l’information doit seulement être mise à disposition sur demande de personnes compétentes et qu’elle ne doit donc pas être communiquée au simple consommateur.Encore une fois, les Associations de protection des consommateurs reviennent à la charge et estiment à l’unanimité qu’il est temps de promouvoir la loi sur la protection des droits des consommateurs. Mohammed OUHSSINEAMPOC-Ké[email protected]


Eco-Info: De quelle viande parle-t-on?

L'Association d’environnement et de protection du consommateur (AEPC) d’El Jadida dénonce les conditions déplorables d’abattage et de vente de la viande rouge, de la volaille et de poissons qui sévissent dans la ville.Pour la viande rouge, l’abattage s’effectue dans des abattoirs où le matériel est usé et corrodé. Les locaux manquent de propreté et d’équipement en besoins de base. Les employés, quotidiennement exposés aux risques de contractions de maladies, n’ont pas de carte de santé et ne bénéficient d’aucun contrôle sanitaire. La viande non sérieusement contrôlée est estampillée pour confirmer sa validité. Elle est ensuite transportée dans des camions où le froid et la propreté font défaut. Chez le boucher, la viande est exposée à la pollution, à la poussière et aux insectes. La plupart des bouchers ne possèdent pas un vrai réfrigérateur. Et en l’absence de contrôle, certains bouchers commercialisent des viandes provenant de l’abattage clandestin et/ou des souks hebdomadaires. Au cours de différentes visites sur le terrain, les membres de l’Association ont relevé l’absence de l’affichage des prix au niveau des points de vente.Même constat pour la viande de volaille. Cette dernière est vendue dans des locaux pleins d’ordures et de sous-produits d’abattage (sang, plumes, viscères, pattes…). Pour ce qui est poisson, aucun contrôle n’est appliqué faute de vétérinaire propre au port. Le poisson est vendu dans des locaux n’ayant aucun système de réfrigération sans parler des conditions d’hygiène déplorables. Face à cela, l’AEPC lance un appel urgent aux responsables de la ville qui doivent exiger des opérateurs le respect des normes d’abattage et d’éplumage, mais aussi le respect de l’hygiène et le contrôle des locaux et de la commercialisation des différents produits.AEPC- El [email protected]


Conseil: La viande ovine est extrêmementnutritive

Une certaine idée continue à se propager depuis quelques années auprès de nombreux consommateurs marocains: éviter la viande des ovins. Celle-ci contiendrait du cholestérol. Or, la viande ovine peut apporter beaucoup à la santé. Prenons le cas de l’agneau. Celui-ci est riche en protéines de haute qualité, en vitamines et en minéraux, surtout les vitamines B et le fer. Les protéines de cet animal apportent des acides aminés essentiels et en quantité suffisante. Ces protéines interviennent dans la construction et l’entretien des différents tissus du corps humain dans des conditions optimales. Pour ce qui est du tissu graisseux de la viande d’agneau, il est naturellement riche en acide linoléique conjugué (ALC). Selon la littérature, l’ALC permet de réduire le développement de certaines tumeurs et de ramener les taux de cholestérol à des valeurs normales. Selon des spécialistes (de nombreux membres d’Associations de protection des consommateurs), il est conseillé de manger de la viande d’agneau, extrêmement nutritive. Mais il est difficile de parler de viande sans soulever des questions de sécurité alimentaire. Au Maroc, un effort doit être développé à ce niveau, tout propriétaire d’ovins doit être identifié et ses bêtes enregistrées. Opération qui a commencé avec les bovins dans la région du Gharb. Une telle pratique permet d’endiguer l’apparition de maladies en imposant une traçabilité de l’étable à la table.Mohammed OUHSSINEAMPOC-Ké[email protected]


. En Bref: Chauffe-eau à gaz, vigilance Poursuivant sa mission de défense des droits du consommateur, de sensibilisation et d’actions de proximité, l’Association d’environnement et de protection du consommateur a organisé une journée de sensibilisation sous le thème «chauffe-eau à gaz, vigilance». La journée s’est déroulée le 28 juin dernier à la Chambre de commerce, de l’industrie et des services d’El Jadida. Lors de cette rencontre, l’accent a été notamment mis sur les bonnes pratiques d’utilisation du chauffe-eau à gaz ainsi que sur la meilleure façon pour faire son choix d’achat. Plusieurs thèmes de la journée ont été animés par différents spécialistes.MADIH [email protected]
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc