×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Agadir: Un mort dans l’effondrement d’un bâtiment

Par L'Economiste | Edition N°:2309 Le 30/06/2006 | Partager

. Il s’agit d’une ancienne station de conditionnement. Les propriétaires sommés de raser l’immeuble pour éviter d’autres dégâts  L’avenue Mouquawama, située dans le quartier industriel de la ville d’Agadir à proximité du grand souk, a été le théâtre lundi dernier vers 14 heures d’une véritable tragédie. Aujourd’hui encore les commerçants et habitants sont sous le choc: une grande partie d’un bâtiment vétuste, construit bien avant le tremblement de terre de 1960, s’est effondrée causant de nombreux dégâts. La batisse est connue pour avoir abrité pendant des décennies une station de conditionnement dénommée Soussia. Une personne est décédée sous les décombres et une autre est dans un état grave. Selon des représentants de la Commune urbaine d’Agadir (CUA), l’écroulement de l’immeuble a été engendré par des ferrailleurs qui essayaient de retirer les armatures en fer. Contacté par L’Economiste, le propriétaire du terrain, Ahmed M’Zali, indique qu’il n’était pas au courant des agissement des victimes. «Ils travaillaient de leur propre chef». Pourtant, un de ses collaborateurs affirme qu’un accord avait été passé avec ces mêmes ferrailleurs pour intervenir sur une autre usine dénommée Bordeaux, implantée à 1.000 m de là sur la même avenue. Ce qui laisse à penser que les ouvriers n’ont pu exercer leur activités sur le site sans que personne ne le sache. D’ailleurs, un gardien était chargé de veiller sur les lieux. Pourquoi n’a-t-il pas alerté ses patrons, ou réagi? Certains collaborateurs de M’Zali parlent de négligence. Pour les représentants de la CUA, la réelle négligence c’est d’avoir entamé des travaux sur le site sans autorisation. Aujourd’hui, gestionnaires de la ville et autorités locales ont sommé le maître des lieux de démolir le bâtiment. Ce dernier constitue, en effet, en raison de sa vétusté, un véritable danger pour les passants et les commerçants riverains. Une sommation en cours d’exécution. Depuis mercredi, une entreprise de travaux publics a pris les choses en main. Et l’on sait déjà qu’à la place du vieux bâtiment, un complexe immobilier de dix étages est prévu. De notre correspondante, Malika ALAMI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc