×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Consommation

    Par L'Economiste | Edition N°:2158 Le 25/11/2005 | Partager

    Editorial: Antidépresseurs

    LE traitement de la dépression fut découvert fortuitement en 1956. La première substance chimique utilisée, prescrite contre la tuberculose, faisait disparaître la dépression chez les malades. Depuis, et partout dans le monde, le marché des antidépresseurs est devenu très florissant. Selon les données disponibles, le nombre d’antidépresseurs vendus au Maroc a augmenté de 45% entre 1999 et 2004. Leur chiffre d’affaires est passé de 41,5 millions de dirhams en 1999 à 70 millions de dirhams en 2004. Avec une progression moyenne de 14% par an de ce chiffre d’affaires. On peut déduire que la dépression gagne du terrain. Aujourd’hui, il y a urgence à s’intéresser de plus près au problème de médication. Le but est de sensibiliser le consommateur et les professionnels aux problèmes de dépendance. En termes d’efficacité, les médecins français devraient s’attendre à la réussite de 60 à 70% de cas traités. Paradoxalement, au Maroc, des professionnels déclarent un taux de guérison à 95%. Consciente des difficultés imparties à de pareils traitements, notre association rappelle que pour chaque traitement, il faut attendre 2 à 3 semaines pour observer des améliorations. Et un traitement aux antidépresseurs est long, coûteux et ne doit pas être poursuivi au-delà de 6 mois. L’avantage des antidépresseurs vendus actuellement offre plus de sécurité en cas de surdosage accidentel ou volontaire. Cependant, certains produits procurent un bien-être au consommateur. De ce fait, il en devient très dépendant et peut entraîner l’apparition de problèmes psychologiques dès l’arrêt du traitement. En plus de la dépendance, d’autres produits peuvent provoquer entre autres des acnés et des hépatites chez le consommateur.Toutefois, la solution de la dépression ne doit pas reposer uniquement sur la médication. On devrait chercher d’autres voies de traitement et ne recourir aux antidépresseurs qu’en ultime solution. En outre, des études médicales ont prouvé qu’aucun antidépresseur n’a montré une efficacité supérieure à celle du placebo.Les antidépresseurs doivent être prescrits pour une dépression avérée, par exemple pour une simple tristesse parfaitement normale en réaction à un événement douloureux qu’on pourrait guérir par le pouvoir de la parole. Très difficile à expliquer à un patient, car il faut du talent et du courage de la part du médecin pour expliquer au malade la non-prescription. La solution serait située au niveau de la formation en apprenant aux médecins la prise en compte des traitements non médicamenteux.Dr. Bouazza KHERRATIPrésident de l’[email protected]


    Actualité/Sel: La stabilité de l’iode pour bientôt

    Le comité restreint de normalisation du sel s’est réuni la semaine dernière à Rabat. L’objectif était de discuter des résultats menés par les laboratoires de recherche ou de contrôle en matière de stabilisation de l’iodate de potassium. Après une expérimentation prolongée dans ces laboratoires, les résultats des différents acteurs ont été exposés. Le comité a fixé par la suite la valeur de 5% d’humidité. Cette dernière est, selon les experts, l’humidité pour laquelle l’iodate de potassium reste stable (homogène) dans toute la masse du sachet de sel.Pour rappel, le consommateur doit vérifier sur le sachet les paramètres suivants: le logo (soleil), la quantité d’iode ajoutée (30 mg) ainsi que la forme d’iode ajoutée (iodate de potassium). L’humidité peut être contrôlée par écrasement entre le pousse et l’index d’une pincée de sel. Si ce dernier est retenu, l’humidité est élevée. La stabilité de l’iodate de potassium dans ce cas n’est pas garantie.La Confédération des Associations des Consommateurs Maroc (CAC-Maroc) et les professionnels sollicitent le secrétariat général du gouvernement d’activer le processus de validation du décret relatif à la révision des normes du sel. Leur publication permettra aux responsables de la répression des fraudes d’agir selon les nouvelles normes adoptées.Raifa BakaliAMPOC-Ké[email protected]


    Eco-Info: Diagnostic, dépression

    Le que Hippocrate appelait “mélancolie” est devenue en 1952 dépression. La dépression serait due à un dérèglement chimique au niveau du cerveau. Sa survenue serait favorisée par des facteurs héréditaires, alcooliques, drogues, certains médicaments, le stress et les événements douloureux.Pour établir le diagnostic d’une dépression, il faut, selon les critères actuels, présenter depuis au moins 15 jours, une humeur dépressive et/ou une perte d’intérêt ou de plaisir dans la plupart des activités, associée à au moins 4 symptômes parmi les 7 suivants:- baisse d’énergie et fatigue, - modification de l’appétit et du poids, - troubles de sommeil, - agitation ou ralentissement psychomoteur, - sentiment d’impuissance ou de culpabilité, - difficultés de concentration, - idées de suicide.Mohamed HIRCH AMPOC- Ké[email protected]


    Conseils: Attention aux chauffe-eau à gaz!

    Le chauffe-eau est un appareil qui permet l’élévation de la température de l’eau par une combustion maîtrisée du flux du gaz butane. Et, c’est au niveau de l’échangeur calorique que réside le risque de fuite du gaz butane. Ce problème  nous interpelle et attire l’attention sur la qualité de certains chauffe-eau vendus au Maroc. En effet, les marques sont très nombreuses et certaines ne garantissent pas une sécurité totale. Le problème devient plus grave quand le consommateur acquiert un appareil de deuxième main ou introduit illégalement. En effet, la conséquence est l’augmentation du nombre d’intoxication par inhalation de gaz de butane. Le centre antipoison déclare annuellement de nombreux cas mortels. Nonobstant le nombre de rescapés, les intoxications dues aux gaz butane mérite qu’on s’y intéresse de plus près pour éviter d’autres accidents. En effet, la principale cause de ces accidents reste l’absence de mesures de sécurité et de contrôle à l’import et à la fabrication des chauffe-eau à gaz. De même, leur défaillance et leur mauvais état d’entretien y sont pour beaucoup.Mohammed ENNOUALIAMPOC- Ké[email protected]


    . Journée nationale de microbiologieL’Association marocaine de microbiologie (AMM) et la Faculté des sciences de Kénitra organisent le 13 décembre 2005 une Journée nationale de microbiologie. Le but de la manifestation est de créer une meilleure interaction entre les compétences du monde de la microbiologie à l’échelle nationale. Les intéressés (chercheurs, industriels, médecins, laborantins, étudiants…) doivent soumettre un résumé en français ou en anglais avant le 30 novembre 2005. Ce dernier doit comprendre le but, la méthodologie et les résultats obtenus. Les résumés à transmettre à l’adresse suivante: [email protected].. DESS “Assurance Qualité et Contrôle Analytique”Dans le cadre de son ouverture au secteur socioéconomique, l’Université Ibn Tofaïl assure une formation DESS “Assurance Qualité et Contrôle Analytique” pour les années universitaires 2005-2006 et 2006-2007 à la Faculté des sciences de Kénitra. L’appel est ouvert aux industriels et aux étudiants répondant aux clauses de la formation. Pour toute information contacter le professeur M. OUHSSINE. Tél: 065187963, [email protected].
    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc