×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Conjoncture
Moins de création de monnaie en septembre

Par L'Economiste | Edition N°:2893 Le 31/10/2008 | Partager

. Taux moyen pondéré en hausse à 3,62%Les trésoreries bancaires ont vu leur déficit diminuer de près d’un tiers. C’est, en substance, ce qui ressort du dernier rapport sur la conjoncture de Bank Al-Maghrib. Pour le seul mois de septembre, il s’est établi à 8,5 contre 12,7 milliards de DH un mois auparavant. Cet écart s’explique par «la diminution de la position nette du Trésor et du reflux de la circulation fiduciaire». De fait, la banque centrale a réduit de 4,6 milliards de DH ses interventions par rapport aux avances à 7 jours sur appel d’offres. Cela ramène le volume à 8 milliards de DH en moyenne de fin d’année.Influencé par la récente hausse du taux directeur de BAM, «le taux moyen pondéré s’élève à 3,62%», indique le rapport. Les taux des bons du Trésor à 13 semaines, pour leur part, ont augmenté de 5 points. A l’inverse, ceux à 52 semaines et à 5 ans ont, respectivement, baissé de 2 et 8 points de base. Concernant les taux créditeurs, ils se sont inscrits à la hausse. La rémunération des dépôts à 6 et 12 mois s’est accrue de 5 points pour atteindre 3,76%. S’agissant des taux débiteurs, BAM relève leur ajustement à la baisse, compte tenu de la diminution du taux du crédit bancaire. «Cette évolution s’explique par le recul des taux d’amortissement des découverts bancaires accordés aux entreprises. Au contraire ceux des crédits à l’équipement ont progressé, tandis que ceux des crédits à la consommation se sont stabilisés. Côté masse monétaire, elle recule «nettement» pour s’établir à 0,3% (en août) contre 1,9% (en juillet). «Cette fluctuation recouvre une contraction de la monnaie scripturale et une hausse de la fiduciaire», explique le rapport. Concernant les sources de création de la monnaie, l’évolution de la masse fait ressortir une augmentation du crédit bancaire notamment, les facilités de trésorerie et une décélération des avoirs extérieurs nets. Idem pour les créances nettes de l’Etat qui ont poursuivi leur trend baissier. Pour ce qui est des agrégats de placements liquides, ils se sont dépréciés de plus de 3 points de base pour s’établir à 2,9% en août (contre 6,7% en juillet). «Cette régression s’est faite en dépit du dynamisme des OPCVM monétaires, qui profitent de la réallocation de l’épargne à court terme». De l’autre côté, les OPCVM obligataires demeurent à des niveaux inférieurs à ceux de 2007. Exacerbation des marchés financiers oblige, les OPCVM actions et diversifiés ont subi une décélération sans précédent. A juste titre, les indices boursiers durant cette période ont accusé un net repli pour le 9e mois de l’année, respectivement de -10,74 et -11,10%. De même pour la capitalisation qui «s’est contractée de près de 64 milliards de DH, d’un mois à l’autre», pour s’établir à 598 milliards à fin septembre. Le volume de transaction, pour sa part, a doublé, comparé à août, pour s’élever à 14,7 milliards de DH.Au niveau sectoriel, les contre-performances se sont généralisées. Le secteur minier a essuyé une baisse de 21%. L’immobilier le talonne de près pour enregistrer une diminution de 20,7%. Pour les autres, notamment les holdings, bâtiments et banques, ils se sont repliés respectivement de 12,5, 11 et 10%.


Change

Pour le 9e mois de l’année, le dirham s’est apprécié, en moyenne, de 1,58% par rapport à la livre sterling et de 0,71% vis-à-vis de l’euro. A l’inverse, il perd près de 5,60, 3,48 et 0,99% respectivement face au yen, dollar et franc suisse. Par ailleurs, le volume moyen des opérations d’achat et de vente de devises baisse de 30,4% à 7,2 milliards de DH (pour le marché interbancaire). Idem pour le volume moyen des ventes de devises par BAM qui est revenu en 1 an de 3,5 milliards de DH à 2,9 milliards. M. A. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc