×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Concurrence serrée pour la connexion Douane-transitaires

    Par L'Economiste | Edition N°:45 Le 17/09/1992 | Partager

    La connexion informatique des transitaires avec les services de la Douane fait l'objet depuis plus d'un an d'une lutte serrée entre les plus importantes sociétés. Un marché important qui cache un enjeu de taille. Dans cette course difficile, Diagone se veut la mieux placée.

    Les marchés importants sont souvent des affaires compliquées. Lorsqu'en juin 1991, les services de la Douane avaient demandé à Diagone de mettre au point un ensemble de programmes informatiques qui permettraient de connecter directement les transitaires au système de la Douane, on était bien loin de se douter que la nouvelle association des transitaires cherchait par la même occasion à rallier à elle le maximum d'adhérents. Pour Diagone, dont les locaux se situaient deux étages en dessous de la nouvelle association (boulevard Abdelmoumen), le conflit entre les deux groupes de transitaires ne faisait pas partie de ses préoccupations . Un travail avait été commandé et il devait être exécuté.

    Il aura fallu près d'une année à Diagone pour mettre au point ses programmes de connexion qu'elle déclare "les meilleurs parce que ce sont les seuls inviolables". C'est-à-dire que l'Administration des Douanes exige que l'identité du connecté soit parfaitement connue, les Douanes pouvant, en cas de problème, porter la responsabilité sur l'opérateur économique en question. La société informatique a montré l'efficacité de la connexion aux représentants des transitaires, réunis les Lundi 14 et Mardi 15 Septembre dans les locaux de la nouvelle association, (le mois de Septembre étant le dernier mois fixé par M. Hokimi, Directeur Général des Douanes, à tous les transitaires pour le dépôt des formulaires sous un format standard A4 répondant aux normes internationales). D'un point de vue informatique, la connexion avec le système SADOC (Système Automatisé de la Douane et de l'Office des Changes) de la Douane pose un problème double. D'abord la gestion du lecteur de badges. Ensuite, celle de l'imprimante du transitaire directement reliée au SADOC. Pour l'imprimante, il fallait prendre en compte les informations qui lui étaient directement transmises par les ordinateurs centraux de la Douane (deux gros DPS 7.000). La difficulté consistait à ne pas relier l'imprimante au Macintosh du même transitaire qui réalisait la connexion. "C'est chose faite", déclare-t-on à Diagone. La DUM (Déclaration Unique de Marchandises), standard international, peut être imprimée à distance, l'autre problème concerne le badge. Phillipe Billotte, responsable du projet explique que "seule Diagone a réussi à réaliser l'inviolabilité du badge", les autres concurrents n'étant pas encore arrivés à satisfaire la douane sur ce point, poursuit on à Diagone. Les autres sociétés offrent des solutions différentes aux transitaires. IBM propose le micro, un logiciel et une carte électronique.

    Tous les transitaires ne sont pas équipés, et c'est d'ailleurs là que réside l'enjeu. La connexion va permettre de vendre du matériel et d'autres logiciels par la suite, du service après-vente, de la formation, de la fidélisation sur des produits fondamentalement différents. D'un autre côté, les 800 transitaires (en réalité les professionnels disent qu'il y en aurait 500) concernés, dont une centaine font partie de la nouvelle association, ne forment pas l'unique marché que visent les sociétés informatiques. Toutes les entreprises qui possèdent un service de transit intégré à leurs structures pourront être intéressées. C'est le cas des entreprises textiles qui réalisent régulièrement des opérations d'import-export. Toutes les sociétés informatiques ne proposent pas le même package (micro, logiciels, carte...).

    Les prix sont sensiblement différents en fonction du type de machine choisie, et des connexions qui vont avec.


    Hounaine HAMIANI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc