×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Ciments: La demande a reculé de 2% à fin août

    Par L'Economiste | Edition N°:145 Le 15/09/1994 | Partager

    En août 1994, les ventes de ciments ont reculé de 1,9% à 536.474 tonnes par rapport au même mois de 1993. En dépit de ce recul, explique M. Hassani de la CIOR, "nous avons retrouvé un profil normal de la de mande, car les ventes ont dépassé la barre des 500.000 tonnes". Ce retour a la normale, est toutefois pénalisé par la récente augmentation du transport ferroviaire, déplorent des cimentiers.

    Sur les huit premiers mois de l'année, la baisse atteint 2,1%, les ventes étant passé de 3.961.221 tonnes à fin août 1993 à 3.877.619 tonnes cette année. Cette baisse cache des variations mensuelles assez contrastées.

    En janvier, les ventes ont régressé de près de 6% sur le même mois de l'année précédente, pour atteindre un peu plus de 469.000 tonnes. Celles réalisées en mars ont progressé de 27,8% à 473.748 tonnes et ont permis d'éponger la baisse des deux mois précédents. Elles ont en effet porté à 4,1% la progression du marché au terme du premier trimestre.

    La demande de ciment a ensuite progressé de 4,2% en avril, passant de 1.911.279 tonnes en 1993 à 1.992.661 tonnes cette année. A fin mai, la tendance s'est renversée et les ventes ont de nouveau, reculé de 1,16% à 2.398.65 1 tonnes. Mais sur le seul mois de mai, les ventes ont chuté de près de 21,3% par rapport à la même période de 1993. A fin juin, elles se sont pratiquement stabilisées avant de chuter de 13,3% sur les sept premiers mois de l'année.

    La baisse de la demande relevée à fin août varie entre 0,3% pour Cinouca et 11,5% pour Asment Temara. Trois cimenteries ont toutefois échappé à cette tendance: Cadem et la Cimente rie de Tétouan, au Nord, et Asmar au Sud. Cadem a amélioré ses ventes de 1,6% à 512.121 tonnes, ce qui lui confère une part de marché de 13,2%. La cimenterie de Tétouan a vendu, elle, l61.245 tonnes, soit 5,1 % de plus qu'en 1993 et 4,1% du total. Asmar, pour sa part, a vu sa demande augmenter de 7,4% à 406.654 tonnes, ce qui correspond à un taux de pénétration de 10.5% en hausse d'un point par rapport à la même période de 1993. Pour les cimenteries en baisse, Asment Temara a écoulé 340.668 tonnes, soit 44.285 tonnes de moins qu'en 1993. Cette baisse s'est répercutée sur sa part de marché qui perd près d'un point, pour tomber à 8,8%. Elle est suivie de Cior dont les ventes ont fléchi de 7,1% à 845.938 tonnes (21,8% du total). Les responsables de cette cimenterie indiquent que leurs ventes à l'export vont subir le contre coup de la fermeture des frontières maroco-algériennes. Dans le cadre d'un contrat global portant sur 450.000 tonnes, Cior devait en effet fournir à l'Algérie 15.000 tonnes de ciment par mois. En commercialisant 661.544 tonnes, Ciments du Maroc enregistre une baisse de 2% mais sans incidence sur sa part de marché qui s'élève à 17%. Avec 136.475 tonnes, la cimenterie de Tanger, qui a récemment été reprise par le groupe Lafarge Coppée, aura vendu 2.031 tonnes de moins qu'à fin août 1993.

    H.E.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc