×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Chambres de commerce
Les 2e Assises en mai prochain

Par L'Economiste | Edition N°:2736 Le 17/03/2008 | Partager

. Au menu, la révision du cadre juridique . Propositions soumises au ministère de l’IntérieurLe rôle des Chambres de commerce, d’industrie et de services (CCIS) reste pour le moment marginalisé dans le processus de développement économique du pays. C’est le constat de plusieurs responsables de Chambre marocains. Ces derniers sont conscients de l’importance d’engager des réformes rapidement pour remédier à cette situation. D’ailleurs, c’est partant de ce constat que la Fédération des chambres marocaines de commerce, d’industrie et de services (FCMCIS) a annoncé l’organisation, à Rabat le 20 mai, des 2e Assises des CCIS, 18 ans après les premières. La nouvelle a été annoncée, vendredi 14 mars, par le président de la FCMCIS, Driss Houat, lors d’une réunion regroupant les présidents des 18 CCIS. Cette réunion, consacrée à la préparation des 2e assises, a été marquée par la présence du ministre de l’Industrie, du commerce et des nouvelles technologies, Ahmed Chami, pour qui, ces Assises seront une occasion pour approfondir la réflexion sur le devenir des CCIS. «Elles devraient en principe jouer un rôle central dans le développement économique aussi bien sur le plan local que régional». Pour ce, il serait utile d’abord de faire le bilan des réalisations des CCIS depuis la tenue des premières Assises en 1990. Ce qui pour Chami permettra d’identifier les faiblesses et les causes qui entravent le bon fonctionnement de ces chambres. Ce travail sera d’une grande utilité pour élaborer une stratégie de la Fédération lui permettant d’accompagner la mise à niveau de l’entreprise nationale pour renforcer sa compétitivité sur le marché local ou étranger. Sur le chapitre des obstacles, le ministre a soulevé deux chantiers de réforme à attaquer en urgence. Le premier se rapporte au code électoral qui dans son état actuel ne permet pas d’aboutir à un équilibre entre les différentes activités, à savoir l’industrie, le commerce et les services. En outre, ce code favorise la constitution des coalitions motivées par des intérêts politiques au détriment de la vocation économique des CCIS. Pour la FCMCIS, il est impératif d’apporter des amendements dans le but d’aboutir à un système électoral basé sur des critères clairs. Ces réformes doivent engendrer un équilibre au niveau de la représentativité permettant ainsi au différent acteurs économiques d’accéder aux chambres. L’amélioration qualitative de la composition des CCIS figure également au menu. Pour cela, il faudra revoir les conditions d’inscription dans les listes électorales, disent les responsables. A noter que sur ce volet, des propositions ont été déjà soumises au ministère de l’Intérieur. Ainsi, pour voter il ne suffira pas plus pour un membre de la CCIS d’être patenté mais également inscrit dans le registre du commerce. L’actualisation du statut des CCIS figurera aussi parmi les questions centrales à débattre lors des prochaines assise de mai prochain. Pour Houat, ceci est indispensable pour permettre le renforcement de l’action des CCIS au profit des entreprises et leur adhésion au processus de développement et de modernisation de l’économie.


Plus d’autonomie

Elargir le champ de manœuvre des CCIS nécessite l’amélioration de leurs ressources financières. Pour le moment, ces ressources sont essentiellement parafiscales, émanant de la décime additionnelle de la patente. Le gros du budget est absorbé par les dépenses du personnel. La FCMCIS ambitionne de bénéficier de crédits pour permettre aux CCIS de développer leurs propres projets. Le but est d’améliorer les ressources des chambres pour leur permettre de moderniser leur méthode de travail.Nour Eddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc