×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Cetemco s’implique dans la certification des entreprises

Par L'Economiste | Edition N°:1659 Le 10/12/2003 | Partager

. Le Centre des techniques et matériaux de construction a lui-même entamé une démarche Iso 17025. Il compte décrocher sa certification vers le 2e semestre 2004 Le Centre des techniques et matériaux de construction (Cetemco) a du pain sur la planche. Avec le rôle qui lui est dévolu dans la mise à niveau des industries de matériaux de construction, l’année 2004 s’annonce très chargée. En effet, à côté de ses missions de formation, de diagnostic, des essais laboratoires… le centre conduit plusieurs autres chantiers, notamment pour la sensibilisation et la promotion de la qualité auprès des entités composant le secteur. «Les enjeux de la qualité des matériaux de construction sont de taille, non seulement pour les opérateurs qui cherchent à se positionner face aux opérateurs étrangers de plus en plus concurrentiels mais aussi pour les utilisateurs qui exigent des produits de qualité à prix raisonnables», souligne le directeur général de Cetemco, Saïd Bouanani. Ce dernier estime qu’il est impératif d’élargir les normes obligatoires qui touchent à la sécurité, l’hygiène et l’environnement à tous les autres matériaux de construction au même titre que le ciment. «Le label qualité NM est la meilleure garantie de qualité. Or, on ne le voit pas encore sur nos produits», martèle-t-il. En France, par exemple, le label NF est partout. Parallèlement à ses interventions classiques, le centre s’attelle donc à la promotion du label NM auprès des opérateurs. Il s’implique aussi dans l’accompagnement à la certification produit des unités du secteur. C’est d’ailleurs le cas pour deux structures. La première, une grande unité de carrelage à Casablanca et la seconde, une structure industrielle de fabrication de produits dérivés de ciment. La certification produit de ces deux structures va créer un antécédent dans le secteur, vu que c’est elle qui manque aujourd’hui le plus au Maroc, affirme Bouanani. Le centre, qui vient de démarrer un processus pour une accréditation ISO 17025, entend bien participer à la dynamique. Une fois qu’il sera accrédité, probablement au second semestre 2004, il compte amener le maximum d’entreprises à la certification produit. Etant proche du tissu, il ne devrait pas, normalement, rencontrer de résistance. Rappelons que la norme ISO 17025 est une norme spéciale. Une fois accrédité, Cetemco sera autorisé à certifier d’autres entreprises. A noter que le Maroc compte seulement quatre laboratoires ISO 17025. Sur le registre de la formation, Cetemco s’estime bien placé pour connaître les besoins des entreprises, les recenser et monter ensuite des actions ciblées et adaptées à chaque métier. «Nous intervenons d’abord pour un diagnostic qui consiste à effectuer des missions techniques, d’une demi-journée à une journée». Celles-ci peuvent se rapporter à l’amélioration de rendement de machines comme à l’étude de projets d’investissement. Elles font appel à des experts locaux ou internationaux, explique Bouanani. Pour les interventions étrangères, le centre recourt à un réseau d’experts appartenant souvent à des organismes de renom comme le Centre technique de l’industrie de béton en France, la Société française de céramique ou le Centre technique de Valence en Espagne. Cetemco, c’est aussi les yeux et les oreilles des opérateurs des matériaux de construction. Il assure la veille technique qui permet de tenir ses membres au fait de tout ce qui intéresse leur domaine d’intervention (matières premières, produits nouveaux, nouvelles technologies…).


Solidarité

Créé en 1995, Cetemco fonctionne comme «une mutuelle partageant des moyens matériels et humains». C’est un prestataire de services dont les champs d’action vont du conseil à la formation en passant par l’expertise et les essais en laboratoire. Ce sont d’ailleurs ces prestations qui lui permettent, selon son directeur général, de tourner. «La plus grosse partie de notre budget, près de 70%, est constituée par les recettes générées par ces prestations», confie Saïd Bouanani. Le reste est apporté, d’une part, sous forme de subventions en nature par des organismes publics. Ainsi, par exemple, Cetemco est logé dans des locaux offerts par le ministère du Commerce et de l’Industrie. D’autre part, le centre compte sur la générosité des opérateurs du secteur. Très solidaires, ces derniers apportent un soutien précieux au centre, affirme son DG. D’ailleurs, selon lui, le démarrage des activités du centre n’aurait pu se faire sans l’aide de ses membres, notamment les cimentiers. «Cela fait des années que nous attendions des équipements prévus dans le cadre du programme Meda. Et ce n’est qu’en septembre dernier que les appels d’offres ont été finalement lancés», souligne Bouanani. Heureusement que la solidarité des opérateurs est là pour compenser la lenteur des programmes d’aide. En tout cas, avec «ses membres fidèles», Cetemco peut compter sur la pérennité de cette ressource. Pour rappel, une aide de 24 millions de DH avait été décidée par l’Union européenne en 1998 dans le cadre du programme Meda. Objectif: permettre le financement et l’équipement de ce centre technique. Las d’attendre, Cetemco s’est doté, depuis un an et demi, d’un minimum d’équipements lui permettant d’intervenir auprès des membres du secteur et surtout de démarrer ses services d’essai et d’analyse. K. E. H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc