×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Casablanca/Ordures: Le point noir d’Oukacha

Par L'Economiste | Edition N°:1779 Le 31/05/2004 | Partager

. Tecmed rassure que cette décharge transitoire n’existera plus Les détenus d’Oukacha auront en plus à supporter les odeurs d’une décharge d’ordures, derrière la prison. Certes l’endroit n’est pas un lieu d’habitations, mais beaucoup d’ouvriers s’y rendent pour y passer leur journée de travail. Les riverains pensent même qu’il s’agissait d’une décharge. Ils accusent la société Tecmed, chargée du ramassage d’ordures dans cette zone d’Aïn Sbaâ. Contacté par L’Economiste, son directeur général, Inocente Lorite Lopez, tient à préciser que «ce n’est pas une décharge mais plutôt une station de transfert». Cette station servait de point de relais entre les lieux de collecte et la décharge publique de Médiouna. «Les conditions actuelles de la décharge de Médiouna sont telles que les camionnettes et autres petits véhicules de collecte ne peuvent y accéder», indique-t-il. Conséquence: nécessité d’aménager des dépôts transitoires avant l’acheminement des déchets vers la décharge. A en croire Yassin Elbelhouan, ingénieur à Tecmed, «l’enlèvement des ordures se fait au fur et à mesure». La grève du personnel communal qui a eu lieu mardi dernier n’a pas été pour faciliter la tâche à l’entreprise. Selon Lopez, Tecmed a dû payer des heures supplémentaires pour ramasser les déchets. Lopez est catégorique: «Avec la réception de grands camions, on procédera au ramassage et à l’évacuation directe des ordures à la décharge de Médiuona». Les camionnettes n’auront plus besoin d’un dépôt transitoire. Sur les lieux, L’Economiste a constaté qu’effectivement des ordures subsistent encore. Mais ce sont surtout des débris de matériaux de construction (déchets de chantiers) et des déchets provenant de l’entretien des jardins qui sont abondants. Seuls les déchets ménagers figurent dans la convention signée entre la ville de Casablanca et les trois sociétés adjudicataires du marché des ordures dans la métropole (Tecmed, Smarcollect et Sogedema). Pour qu’ils puissent êtres collectés, les autres déchets (décombres, plantes, herbes, …) doivent êtres mis dans des sacs. Disposés pêle-mêle, ils ne relèvent plus des attributions des adjudicataires. Des négociations sont en cours avec le maire de Casablanca afin de trouver une solution à ce problème. A noter enfin que Tecmed vient de recevoir 100 camions. Dans un mois, il est prévu de s’approvisionner en 12.250 conteneurs et bacs, importés de Grèce et de France. Objectif: renforcer sa capacité de ramassage qui s’élève actuellement à 1.100 tonnes par jour. Ali Jafry

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc