×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Cacophonie européenne face à la baisse continue du dollar

Par L'Economiste | Edition N°:1928 Le 30/12/2004 | Partager

. La BCE fait la sourde oreille LES gouvernements de la zone euro affichent leurs divergences face à la flambée de leur monnaie, qui pèse sur les exportations mais a aussi l’avantage de réduire la facture pétrolière. Une cacophonie qui risque d’alimenter encore la hausse du taux de change. Alors que le ministre français des Finances Hervé Gaymard a averti jeudi que la chute du dollar pouvait devenir “catastrophique sur le plan mondial”, son homologue néerlandais, Gerrit Zalm, dont le pays préside l’UE, s’est au contraire montré rassurant. “Si on se souvient qu’à son lancement l’euro valait environ 1,20 dollar, l’appréciation de la devise européenne se limite à 10%. L’euro évolue donc dans des marges encore acceptables”, a déclaré Zalm dans un entretien au quotidien La Croix. De quoi réduire à néant les efforts des Européens pour parler d’une seule voix face à l’envolée de leur monnaie. Et encourager les cambistes à continuer à vendre du dollar. Au début du mois, les ministres des Finances de la zone euro et la Banque centrale européenne avaient pourtant publié un communiqué commun d’une vigueur inédite, s’inquiétant de la hausse de l’euro, appelant les Etats-Unis à réduire leurs déficits et prévenant qu’ils “surveilleraient la situation de près”.Mais cette harmonie de façade cache une impuissance réelle pour stopper la dépréciation du billet vert, encouragée in petto par le gouvernement américain, ainsi que des divergences d’appréciation en Europe sur son impact économique.La BCE continue ainsi à faire la sourde oreille face à la France et l’Allemagne, qui tirent régulièrement la sonnette d’alarme et lui lancent des appels du pied en faveur d’une intervention sur le marché des changes.Malgré l’euro fort, le chef économiste de l’institut monétaire allemand, Otmar Issing, se dit optimiste pour la croissance en zone euro et confirme ses prévisions publiées début décembre.“Nous pronostiquons une croissance comprise entre 1,4% et 2,4% (1,9% en moyenne) l’an prochain et pensons que l’inflation reviendra progressivement à un niveau conforme à la stabilité des prix”, dit-il. La banque centrale a déjà exclu de baisser davantage ses taux d’intérêt, ce qui pourtant rendrait les placements en zone euro moins attractifs et aiderait en principe à réduire la pression sur le marché des changes.Nombre de ses dirigeants, rejoints en cela par les gouvernements les plus orthodoxes, semblent en fait se satisfaire de l’impact désinflationniste de la hausse de l’euro, qui contrebalance l’effet du pétrole cher.


Stabilité des prix

A lors que l’inflation en zone euro va encore dépasser en 2004 pour la cinquième année consécutive la limite de 2% qu’elle s’est fixée. La BCE ne paraît pas non plus prête à prendre le risque d’une intervention isolée sur le marché des changes, d’autant qu’elle semble de plus en plus considérer la baisse du billet vert comme inéluctable. “L’expérience des trente années passées a montré que les banques centrales devaient s’orienter vers la stabilité des prix, et non vers un niveau donné de taux de change”, a prévenu cette semaine l’un des membres de son conseil des directeurs, le président de la Bundesbank Axel Weber. “Les hommes politiques ne devraient pas en demander plus à une banque centrale”, a-t-il ajouté.(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc