×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

ALE Maroc-USA: Encore une manif

Par L'Economiste | Edition N°:1928 Le 30/12/2004 | Partager

. Une centaine de personnes ont manifesté mercredi soir devant le Parlement. Hakima Himmich: “La propriété intellectuelle doit disparaître de cet accord”La coalition nationale contre l’accord de libre-échange avec les Etats-Unis, qui regroupe plusieurs associations, a organisé un sit-in, mercredi soir à Rabat devant le Parlement. Près de 100 personnes ont participé à cette manifestation. Elles ont scandé plusieurs slogans antiaméricains, qualifiant cet accord “de colonialiste”. L’objectif est de pousser les députés à ne pas ratifier l’accord de libre-échange (ALE) avec les Etats-Unis dans sa formule actuelle. Les manifestants veulent amender le texte adopté par le dernier conseil des ministres. Le professeur Hakima Himmich, qui a participé au sit-in, s’oppose à cet accord du fait “des clauses concernant la propriété intellectuelle”. “Quoiqu’on nous ait dit pendant toutes les négociations, il est certain que l’ALE va bloquer l’accès du Maroc aux médicaments génériques et prolongera la durée des brevets de plusieurs années, voire de dix ans”, a affirmé la présidente de l’Association de lutte contre le sida (ALCS). Pour elle, la propriété intellectuelle doit disparaître de cet accord. C’est le message qu’elle veut adresser aux parlementaires. Elle cite le précédent du Parlement australien qui a refusé l’accord de libre-échange avec les Etats-Unis à cause de la propriété intellectuelle.De son côté, Abdelhamid Amine, président de l’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH), a critiqué le contenu de l’accord le qualifiant de “négatif”. Il a mis l’accent sur les retombées négatives qui vont résulter de son entrée en vigueur, notamment dans les domaines économique, social et culturel. “Cet accord a été conclu entre le Maroc, qui a une économie fragile et les Etats-Unis, première puissance du monde. Il ne peut que profiter à cette puissance”, dit-il. Selon lui, la dépendance du Maroc, tant au niveau politique qu’économique, social et culturel, risque de s’aggraver. Cela nuira au droit au travail et à la santé. La production culturelle ne pourra, en aucune manière, résister à celle des Etats-Unis. Amine a également abordé l’agriculture, secteur très fragile de l’économie marocaine. Pour lui, l’agriculture américaine, étant protégée par des barrières douanières et des normes phytosanitaires, offre un certain nombre de possibilités à son administration de freiner les exportations marocaines. Nabil OULLADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc